Vidéo Le Hip Hopera, un nouveau genre musical

Publié
Durée de la vidéo : 6 min.
Il a inventé ce nouveau genre musical lorsqu'il devait mémoriser ses textes d'opéra. C'est le Hip Hopera. Pour Brut, Babatunde Akinboboye raconte.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Il a inventé ce nouveau genre musical lorsqu'il devait mémoriser ses textes d'opéra. C'est le Hip Hopera. Pour Brut, Babatunde Akinboboye raconte.

"Le Barbier de Séville" sur fond de "Humble" de Kendrick Lamar... Ce chanteur d'opéra fusionne opéra et hip hop pour créer un tout nouveau genre : le "hip opera". Babatunde Akinboboye s'est rendu compte des similarités entre les deux genres en répétant pour son tout premier rôle à l'opéra. "Je devais chanter "Le Mariage de Figaro". Il y avait beaucoup de passages en italien à apprendre. Et je n'avais pas encore la capacité de mémoriser les opéras. Je me suis dit : "Mais comment je vais pouvoir me souvenir de tout ça ?"", raconte-t-il. À force de répéter encore et encore, Babatunde Akinboboye a essayé de répéter avec de la musique de fond. "J'écoute toujours du hip hop, et je me suis dit : "Ça s'intègre bien dans le rythme"", raconte Babatunde. Il est monté sur scène, et ça a marché.

"Je n'ai pas remarqué qu'il y avait très peu de personnes noires dans l'opéra"

Depuis, Babatunde se sert du hip hop pour s'accorder sur l'opéra et équilibrer les deux. Le chanteur d'opéra a souvent eu le sentiment de ne pas faire partie de ce monde. "Je me suis retrouvé par hasard dans l'opéra. Je n'avais jamais pensé y faire carrière", confie-t-il. Quand il tombe amoureux de ce style de musique, le côté problématique de l'opéra l'interpèle : "Au début, j'étais tellement content d'entrer dans cet univers que je n'ai pas remarqué qu'il y avait très peu de personnes noires", explique Babatunde. Il s'intéresse alors à la contribution de la culture black à la musique classique et publie des vidéos sur Tik Tok.

Sur les réseaux sociaux, il suscite l'intérêt d'une nouvelle génération pour cette musique. Et selon lui, l'opéra doit évoluer s'il veut survivre. "L'élitisme du monde de l'opéra est en train de le tuer", estime-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.