Vidéo Ils militent pour une danse non genrée

Publié
Durée de la vidéo : 6 min.
Maxime et Sébastien participent à des compétitions "same sex" et militent pour une danse non genrée. Voilà pourquoi.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Maxime et Sébastien participent à des compétitions "same sex" et militent pour une danse non genrée. Voilà pourquoi.

"Dans la danse, il y avait vraiment cette idée que l'homme devait mener et que la femme devait être dirigée."

Maxime et Sébastien forment un couple de danse de salon et de danse sportive. Une discipline qui n'admet, pourtant, que des couples de sexe différent au sein de ses compétitions. "J'aimais bien danser dans les bals, dans les mariages mais ça restait vraiment très occasionnel. Et en fait il y a cinq ans, j'ai voulu faire du sport. Et en fait je voulais pas faire du sport juste pour faire du sport, je voulais une discipline un peu artistique. Je me suis dirigé vers des associations qui faisaient de la danse plutôt mixte. Et bah, ça ne me convenait pas forcément", explique Maxime. "Quand on est éduqué, dès le départ, comme ça, on ne se pose même pas la question de savoir, ah bah tiens je suis garçon", estime Julien Poli, professeur et champion du monde de danse same sex.

Ne pas se limiter à des conceptions de genre

Dans l'association de Julien, les rôles des danseuses et danseurs dépendent de leurs préférences et pas de leurs sexes. Cela a permis à Maxime et Sébastien de se rencontrer et de commencer la compétition ensemble. Le duo intègre des compétitions alternatives, de same-sex qui permettent à des couples de même sexe de se défier. Pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire, Maxime, Sébastien, et les autres membres de "Laissez-nous danser" se produisent en public. "Danser, c'est vraiment un plaisir, c'est une possibilité de s'exprimer, de montrer qui on est, de ressentir. Et si on doit se limiter à des conceptions de genre pour faire ça c'est extrêmement limitant et c'est vraiment dommage", estime Sébastien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.