VIDEO. Et si on mangeait notre vaisselle ?

Bientôt, on ne fera peut-être plus la vaisselle : on la mangera. Des couverts comestibles et compostables, c'est ce que propose Switch Eat.

BRUT
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"L'idée, c'est qu'on a vraiment une cuillère qu'on va pouvoir déguster et savourer entièrement avec son café."

Paille, couverts, bol, coupelle… Swich Eat propose de la vaisselle comestible et compostable. Au-delà de l'aspect pratique, l'intérêt est également porté sur l'environnement en réduisant au maximum le plastique. "L'utilisation du plastique, c'est parce qu'en termes de coûts, ça ne coûte rien", explique Thomas Launay, cofondateur de Swich Eat. Si la vaisselle comestible va être plus onéreuse, Thomas Launay défend toutefois la recherche des saveurs et la dimension novatrice.

Un panel de saveurs

La vaisselle proposée va avoir des saveurs neutres mais aussi une variété de saveurs plus ou moins sucrées ou salées. Avec l'augmentation des ventes à emporter et l'utilisation du plastique à usage unique qui peut aller avec, Thomas Launay espère pouvoir pallier à cela avec sa vaisselle comestible. "L'intérêt de la vaisselle comestible dans son ensemble, c'est que ça va être une solution qui va être à usage unique mais qui va être compostable et biodégradable et contrairement à des produits à base de bambou ou à base d'acier par exemple, on va les réutiliser, on va devoir les laver", conclut Thomas Launay.

Aujourd'hui, Switch Eat travaille avec plus de 500 clients de la restauration mais l'entreprise espère pouvoir élargir son offre à tous.

VIDEO. Et si on mangeait notre vaisselle ?
VIDEO. Et si on mangeait notre vaisselle ? (BRUT)