"Si officiellement les discothèques ne peuvent pas rouvrir, la fête aura lieu quand même" avec la fin du couvre-feu, prévient un député Modem

Christophe Blanchet, député MoDem du Calvados et ancien patron de discothèque, juge sur franceinfo qu'il est impératif de proposer une réouverture dès le 1er juillet. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Christophe Blanchet, à l'Assemblée nationale, le 25 octobre 2017. (THOMAS SAMSON / AFP)

Alors que le monde de la nuit attend encore d'être fixé sur son sort, Christophe Blanchet, député MoDem du Calvados et ancien patron de discothèque, juge sur franceinfo qu'il est impératif de proposer une réouverture de ces établissements dès le 1er juillet. Pour l'instant, "il n'y a pas de date officielle, mais la date officielle de réouverture des pistes de danse de manière illégale sera le 1er juillet avec la fin du couvre-feu. (...) Quoi qu'il arrive, si officiellement les discothèques ne peuvent pas rouvrir, la fête aura lieu quand même parce qu'il y a une telle attente des Français et Françaises qu'elle aura lieu", assure-t-il samedi 12 juin.

"Comment expliquer qu'on pourra danser dans un mariage, peut-être à 300 ou 400 personnes, dans une salle polyvalente ou une salle des fêtes jusqu'à 5 heures du matin, sans pouvoir danser en discothèque ?", demande Christophe Blanchet. Il rappelle que les établissements de nuit sont "structurés pour accueillir des personnes, il y a un système de ventilation conséquent et un renouvellement de l'air à 100% toutes les nuits".

Des discussions en cours "avec tous les partenaires"

Interrogé sur le risque de contamination dans ces lieux clos, Christophe Blanchet répond : "Il ne s'agit pas de dire qu'il n'y aura pas de cluster en discothèque demain ou cet été. Par contre, ce qui est sûr, c'est qu'avec le protocole, le cluster sera facilement identifiable, plus que l'été dernier où peut-être qu'il y a eu 1 000 clusters dans des fêtes privées ou des villas sans qu'aucune identification ait lieu." Des discussions sont en cours "avec tous les partenaires", assure le député du Calvados.

"L'enjeu, c'est : comment on élabore une stratégie d'accompagnement pour les clubs, pour qu'ils puissent rouvrir et encadrer de manière professionnelle, comme ils savent faire, les jeunes et toute leur clientèle." Le 8 juin dernier, Emmanuel Macron a lancé, pendant son déplacement dans la Drôme : "Les discothèques, rendez-vous le 21 juin", sans plus de précisions. Plus tôt, le 10 mai, Alain Griset, ministre délégué aux PME, avait affirmé que les patrons de discothèques seraient fixés sur leur sort "le 15 juin au plus tard".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.