"Plan saisonniers" : "Pour 2023 c'est quasiment terminé, il n'y aura pas d'incidence de ce plan sur la saison d'été", regrette l'Umih Nouvelle-Aquitaine

Le gouvernement a annoncé ce mardi son "plan saisonniers" alors que l'an dernier, seulement la moitié des 150 000 postes de saisonniers ouverts a été pourvue. L'Umih Nouvelle-Aquitaine explique que ce plan "va dans le bon sens" mais elle estime que les effets ne pourront pas se faire sentir avant "la saison d'hiver 2023-2024".
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Dans son "plan saisonniers", le gouvernement a notamment annoncé le 30 mai 2023, le lancement d'une plateforme internet qui regroupera toutes les offres de logement réservées aux saisonniers. (NICOLAS CREACH / MAXPPP)

"Tous les postes ne sont pas encore pourvus et il y a encore des postes à pourvoir", constate mardi 30 mai sur franceinfo Laurent Barthélémy, président de la branche UMIH saisonniers, président de l'Umih Nouvelle-Aquitaine, alors que le gouvernement a dévoilé son "plan saisonniers" pour améliorer l'emploi des travailleurs saisonniers. Le constat est alarmant, sur 150 000 postes de saisonniers ouverts en 2022 dans le secteur de l'hôtellerie restauration, seulement la moitié a été pourvue.

>> REPORTAGE. "Un recrutement à l'anglo-saxonne" : face à la pénurie de saisonniers, l'hôtellerie-restauration embauche sans CV

"Il nous manque un certain nombre de saisonniers avec cette année une particularité qui vient s'amplifier à cause notamment des désistements dus au Covid. On a un gros manque de personnels qualifiés", regrette Laurent Barthélémy. "Nous recherchons des chefs de cuisine, des commis de cuisine", mais aussi "des employés d'étage, des réceptionnistes" et des "employés de restaurants". Cet été, si on n'arrive pas "à pourvoir tous les postes […] des hôtels fermeront certains étages parce qu'ils ne peuvent pas entretenir leurs chambres ou des restaurants seront amenés à fermer une journée de plus, ou la moitié ou tout ou partie du restaurant parce que nous ne retrouvons pas le personnel nécessaire pour servir correctement nos clients", détaille-t-il. "Il en découle un manque à gagner".

Laurent Barthélémy se réjouit que ce plan existe et qu'il soit triennal, car étant sur trois ans, 2023, 2024, 2025, il "va dans le bon sens, c'est ce que nous avions demandé". Cependant, "pour la saison 2023 c'est quasiment terminé, il n'y aura pas d'incidence de ce plan saisonniers sur la saison d'été 2023, constate-t-il amer. On pourra peut-être voir les incidences sur la saison d'hiver 2023-2024 mais surtout sur la saison d'été 2024 à compter des premiers recrutements en mars ou avril 2024 pour aboutir à une bonne réception de nos voyageurs étrangers sur la période des JO".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.