"Même une heure avant, l'événement peut être annulé" : mariage ou salon, avec les nouvelles jauges, le secteur de l'évènementiel nage en pleine incertitude

Les nouvelles restrictions imposées pour les rassemblements et les réunions privées dans de nombreux départements obligent les organisateurs à revoir une nouvelle fois leurs plans, avec l'espoir d'éviter l'annulation pure et simple.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un magasin de robes de mariée à Angers, le 9 septembre 2020. (JOSSELIN CLAIR / MAXPPP)

Deshani Nicolas s'est lancée dans son métier pour célébrer l'amour. Wedding planneuse depuis trois ans, elle organise des mariages partout en France. Enfin, en théorie, car cet été, l'entrepreneuse a dû reporter une cérémonie sur deux. L'activité a un peu repris en septembre mais après la décision du gouvernement, jeudi 24 septembre, de limiter à 1 000 personnes la jauge des rassemblements dans 11 métropoles et les réunions à 30 personnes dans 69 départements, Deshani est un peu perdue. 

"Encore de l'incertitude, soupire-t-elle. J'ai un mariage dans une semaine, les mariés, clairement, ne savent pas quoi faire. Dans les zones rouges, les mariages sont limités à 30 personnes en mairie et après, quand il y a une réception, on n'a aucune indication."

Un changement radical après "un été de liberté"

Ce flou complique les relations avec les prestataires tout comme les possibles demandes de remboursement en cas de report du mariage, puisqu'il peut légalement se tenir. Deshani Nicolas n'est pas vraiment sereine pour la suite de son activité.

Je suis très inquiète. Ce ne sont pas les aides du gouvernement qui nous aident à maintenir notre activité.

Deshani Nicolas, wedding planneuse

à franceinfo

"On nous a laissés toute liberté pendant l'été. Partir à l'étranger, à l'autre bout de la France, les terrasses bondées, tout ça. Et puis là, d'un coup, du jour au lendemain, on nous dit 'non ça ne va plus, on va reprendre des mesures'. Je ne comprends pas tout à fait", confie l'organisatrice de mariages.

Annuler l'évènement : une lourde responsabilité

Il n'y a pas que les mariages qui sont concernés. À Rennes, en Ille-et-Vilaine, Kahina Drider, qui gère une agence de communication, est elle aussi en plein doute, à moins de 24 heures d'un évènement majeur : "Même une heure avant, l'événement, peut être annulé". Une centaine de créateurs viennent exposer et vendre leurs produits. Habituellement, jusqu'à 7 000 personnes défilent pendant le week-end dans un lieu fermé en plein centre-ville de Rennes. 

Kahina vient d'apprendre qu'il ne pourra y avoir que 500 visiteurs en même temps sur place mais la préfecture ne lui demande pas d'annuler pour le moment. "On ne sait rien, c'est ça le problème."

On ne nous dit pas "oui, il faut annuler", on nous dit plutôt "c'est à vous de décider".

Kahina Drider, gérante d'une entreprise d'évènementiel

à franceinfo

"C'est quand même compliqué parce qu'on a des créateurs qui viennent de la France entière et leur dire le vendredi matin 'finalement on annule tout', c'est très compliqué". Mais pas question d'annuler pour Kahina Drider. L'événement représente un tiers du chiffre d'affaires annuel de son agence de communication.

"C'est vraiment d'un point de vue financier, que ce soit par rapport à notre activité, mais également par rapport aux créateurs, explique l'organisatrice d'évènements. Aujourd'hui, ils n'ont plus aucun événement dans l'année. Pour eux, c'est presque une question de survie."

Pour la première fois, les visiteurs doivent réserver un créneau horaire en ligne et laisser leurs coordonnées pour tracer les éventuels malades et cas contact. 

Le secteur de l'événementiel dans le flou : écoutez le reportage de Maureen Suignard
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.