Les plateformes collaboratives devront bientôt déclarer leur revenu au fisc

Les plateformes collaboratives sont dans le collimateur du fisc, à l'image d'Airbnb. Les propriétaires vont devoir déclarer leurs revenus. Une mesure saluée par les professionnels de l'hôtellerie qui dénonçaient une concurrence déloyale.

France 3

Toute l'année, Olivier Weil loue ses cins studios sur la plateforme collaborative Airbnb. Des petits appartements situés à Strasbourg (Bas-Rhin), équipés pour un peu plus de 50 euros la nuit. Une rentrée d'argent sur laquelle il paie des impôts. Bientôt, Airbnb, la plateforme qui lui sert d'intermédiaire, communiquera directement ses revenus au fisc. À partir de 23 000 euros de recette annuelle, il devra se constituer en entreprise et payer des cotisations sociales comme un professionnel. Ces règles mettraient selon lui en péril son projet : "Je vais être obligé de payer le RSI sur la totalité de mes rentrées d'argent. Comme propriétaire, j'ai encore des prêts à rembourser, donc cette activité pour moi ne sera plus viable."

Une mesure trop tardive selon les hôteliers

Les hôteliers dénonçaient jusqu'ici une concurrence déloyale. Pour eux, ces mesures sont une avancée, mais elles s'appliqueront trop tard : "Ce n'est pas normal que la transmission des revenus au fisc ne se fasse qu'à horizon du 1er janvier 2019. Je souhaiterais que ce soit appliqué plus vite", demande Pierre Siegel, président de l'Union des Hôteliers de Strasbourg. La loi encadrera également les locations de véhicules entre particuliers.

Le JT
Les autres sujets du JT
La plateforme en ligne du site Airbnb, le 12 août 2016.
La plateforme en ligne du site Airbnb, le 12 août 2016. (JEAN-FRANÇOIS FREY / MAXPPP)