Dans les coulisses d'une "dark kitchen" à Toulouse, un restaurant virtuel dédié à la livraison

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Dark kitchen
Article rédigé par
France Télévisions

Avec la crise sanitaire, le concept de "dark kitchen" a essaimé en France ces derniers mois. Des restaurants qui n’existent que sur le net et qui sont entièrement dédiés à la livraison à domicile. Exemple dans l’une de ces "cuisines fantômes" à Toulouse. #IlsOntLaSolution

On les appelle "dark kitchen" ou "ghost kitchen", des" cuisines fantômes" en bon français. Un concept né aux États-Unis et qui - crise sanitaire oblige - a débarqué en force de ce côté de l’Atlantique. En quelques mois, des dizaines de ces restaurants virtuels ont été créés en France, par des acteurs de la restauration classique mais aussi par des néo-restaurateurs qui se sont engouffrés sur ce marché prometteur.  

Restos 2.0

Des restaurants virtuels qui n’existent que sur le net. Pas de serveurs, pas de tables, pas de couverts, ces établissements sont exclusivement dédiés à la livraison à domicile et la vente à emporter pour certains. Car pour fonctionner, ces restaurants n’ont besoin que d’une cuisine, uniquement dédiée à cette activité : "La cuisine est divisée en différents pôles de préparation, un pôle de préparation chaud, un pôle pour le froid et un autre pour l’emballage", explique Félix Fiori, l’un des trois cofondateurs de Foudie à Toulouse. De quoi réduire les charges au maximum.

Côté assiette aussi, les recettes sont conçues pour la livraison, du simple burger au plat plus élaboré. Mais surtout, ces restaurants 2.0 peuvent, avec cette formule proposer un choix plus large. Les trois associés toulousains par exemple proposent sept tendances culinaires différentes avec chacune sa propre marque, mais regroupées sur la même plateforme. Et d’autres n’hésitent pas à créer plusieurs restaurants distincts. La principale difficulté pour eux : se faire connaître et ensuite se démarquer dans ce marché ultra concurrentiel de la livraison de repas, qui au vu de la situation sanitaire, a encore de l'avenir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.