Création d'un conseil scientifique marseillais : "C'est pour ne plus se faire imposer des choses d'en haut", justifie Samia Ghali

La deuxième adjointe à la ville de Marseille, Samia Ghali, veut mettre en place un conseil scientifique local "pour ne plus être obligé de se retrouver dans des situations ubuesques".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des Marseillais masqués, sur la Canebière, en septembre 2020. (NOÉMIE BONNIN / FRANCE-INFO)

"Je plaide pour un conseil scientifique ou consultatif qui permet aux collectivités d'échanger et de faire des propositions au gouvernement pour ne plus se faire imposer des choses d'en haut", a déclaré ce lundi sur franceinfo Samia Ghali, deuxième adjointe à la mairie de Marseille. "Pour ne pas fermer les restaurants parisiens, on rouvre ceux de Marseille", a-t-elle ajouté.

franceinfo : C'est parce que vous avez été maltraité à Marseille que vous souhaitez un conseil scientifique local ?

Samia Ghali : J'ai fait une proposition validée sur le principe par madame le maire parce qu'elle l'a fait savoir au premier adjoint. Je l'avais déjà proposé au mois d'avril. Je plaide pour un conseil consultatif qui permet aux collectivités d'échanger et de faire des propositions au gouvernement pour ne plus se faire imposer des choses d'en haut qui, en fonction de ce qui se passe à Paris, se répercute ailleurs ou non. C'est ce qu'il s'est passé à Marseille : pour ne pas fermer les restaurants parisiens, on rouvre ceux de Marseille. Tant mieux pour les Marseillais mais c'est dommage qu'on n'ait pas pris cette décision la semaine dernière. Ce comité permettra donc de poser les problèmes, de poser la réalité de la situation sanitaire marseillaise.

Qui doit-il y avoir dans ce conseil ? Des scientifiques et des médecins ?

Et aussi des politiques. Le but c'est de mettre tout le monde autour de la table. En ayant toutes les données sur l'ensemble de la ville, ça nous permettra de faire les bons choix et de prendre les bonnes décisions au lieu d'aller devant les tribunaux pour faire condamner des arrêtés pris par le gouvernement. C'est madame la maire qui mettra autour d'elle qui elle souhaite. Le professeur Raoult doit y être. C'est une évidence. Marseille a la chance d'avoir le professeur Raoult mais également d'autres, comme le professeur Rossi, comme les marins-pompiers de Marseille, la CCI, l'Education nationale... Toutes les personnes qui peuvent avoir un impact sur ces décisions.

Et quand ce conseil doit-il être mis en place ?

Encore une fois, c'est madame la maire qui décidera si elle veut le mettre en place, quand et comment. Ce n'est pas dans un état d'esprit de défiance face à Paris que je souhaite sa mise en place, c'est pour ne plus être obligé de se retrouver dans des situations ubuesques et non comprises. Car Paris et Marseille ne sont pas traitées de la même manière. La décision du gouvernement de rouvrir les restaurants à Marseille, c'est pour ne pas devoir fermer les restaurants à Paris. Le même traitement aurait été de ne pas fermer les restaurants marseillais la semaine dernière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.