Covid-19 : les grossistes en boisson du Nord en opération escargot jeudi pour demander une meilleure indemnisation

Ils réclament un niveau d'indemnisation égal à celui qui est calculé pour leurs clients, les patrons de bars et restaurants. Les distributeurs veulent perturber la circulation dans la métropole lilloise.

Article rédigé par
Avec France Bleu Nord - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'A25 à Armentières (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Une opération escargot des grossistes en boisson de la région lilloise (Nord) aura lieu jeudi 7 janvier, dans la matinée, pour réclamer un niveau d'indemnisation en raison de la crise liée à l'épidémie de Covid-19 à la hauteur de ce "qui est réservé aux bars et restaurants", leurs clients, rapporte France Bleu Nord mardi.

Une autre façon d'exprimer leur "désarroi"

L'opération escargot débutera à 6 heures sur les principaux axes qui mènent à la métropole lilloise. Les camions ralentiront à partir de la jonction A1-A23 à hauteur de Villeneuve d'Ascq et sur l'A25 à partir de l'entrée de l'autoroute à hauteur d'Hazebrouck. Ils emprunteront ensuite le périphérique lillois pour se retrouver vers 9 heures sur le Champ de Mars, à Lille.

La douzaine d'entreprises de gros de la région salarient près de 500 personnes et fournissent 1 500 établissements dans les Hauts-de-France. Leur activité étant à l'arrêt depuis le début novembre, elles considèrent être touchées par la fermeture administrative des bars, des restaurants et des hôtels. "Depuis des mois, on négocie avec les pouvoirs publics, en vain. On choisit donc une autre façon d'exprimer notre désarroi", explique à France Bleu Nord Laurent Pecqueur, à la tête de l'entreprise Sodiboissons qui gère trois entrepôts dans la région.

Une indemnisation limitée à 10 000 euros

Les grossistes réclament un niveau d'indemnisation égal à celui qui est calculé pour leurs clients, indemnisés à hauteur de 20% de leur chiffre d'affaires, plafonné à 200 000 euros, quand l'indemnisation des grossistes est limitée à 10 000 euros. Ils entendent renouveler leur action chaque semaine, "jusqu'à ce que nous soyons entendus", prévient Laurent Pecqueur.

Les distributeurs-grossistes en boisson lancent également un appel à la mobilisation générale de toute la profession, partout en France, le mardi 19 janvier, indique la Fédération nationale des boissons (FNB).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.