Covid-19 : comment les croisières s'adapent aux contraintes sanitaires

Les procédures sanitaires sont désormais très strictes à bords des bateaux de croisière. Seules quelques compagnies ont repris leur activité en s'adaptant aux nouvelles contraintes pour lutter contre le coronavirus.

Trente millions de personnes à travers le monde ont fait une croisière en 2019. La crise sanitaire a ensuite entraîné l'arrêt total de l'activité. Le secteur doit donc se réinventer. MSC a ouvert à France 3 un de ses premiers bateaux qui repart naviguer en Méditerranée. Tous les passagers qui embarquent sur ce bateau sont obligés de passer un test pour le Covid-19. Un test salivaire et nasal réalisé dans le hall d'embarquement et dont le résultat est connu dans l'heure qui suit. Les bateaux sont désormais équipés de véritables laboratoires mobiles. 

Un bateau rempli à 70% seulement

Deux fois par jour, la température de chacun des passagers est relevée. En cas de fièvre, le patient est isolé dans un centre médical. Si un Covid-19 se déclenche, il est immédiatement signalé aux autorités. "On est capable de traiter médicalement un patient positif au coronavirus mais ensuite on va le débarquer dans le premier port disponible", assure Andrea Imarisio, officier-chef au service de santé de MSC Grandiosa. Autre nouveauté, la jauge légale est désormais de 70% de la capacité totale du bateau pour respecter les règles de distanciation. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le MSC Grandiosa dans le port d\'Hambourg le 10 novembre 2019.
Le MSC Grandiosa dans le port d'Hambourg le 10 novembre 2019. (CHRISTIAN CHARISIUS / DPA)