Vidéo Livraison de colis : attention aux faux SMS

Publié
Oeil du 20h
Article rédigé par
France Télévisions

Ces derniers mois, des dizaines de milliers de Français ont reçu des SMS sur leurs téléphones portables : un soi-disant problème d'affranchissement de colis qui leur serait destiné. “J’ai reçu 5 ou 6 SMS comme ça, c'est de l'arnaque”, se désole une victime. Une arnaque aux colis par SMS qui a pris de l’ampleur depuis la crise sanitaire. L’Oeil du 20h vous déballe tout.

Julie a commandé un portefeuille sur internet. Alors qu’elle attend son colis, l'étudiante reçoit ce SMS qui va l’interpeller : "Votre livraison est retenue dans notre centre de distribution, veuillez suivre les instructions”, indique le texto. Elle clique sur le lien et paie 3 euros d’affranchissement, mais il n’y avait aucun problème avec son colis, qui entre-temps est bien arrivé. Quand elle découvre la supercherie, près de 30 euros ont déjà été frauduleusement débités de son compte en banque : "Je n’avais jamais entendu parler de ces arnaques par SMS, donc j’ai foncé droit dedans”, se désole la jeune femme.

Des dizaines de milliers de personnes piégées 

Julie n’est pas un cas isolé, au moins des dizaines de milliers de personnes ont ainsi été piégées, rien que l’année dernière. Il faut dire que l’arnaque est bien ficelée. On appelle ça du fishing ou hameconnage. Sur internet, des kits sont vendus en toute illégalité. En quelques clics, il est possible d’acheter un faux site internet qui ressemble à s’y méprendre à un vrai site de distributeurs, pour tromper votre vigilance. Il est aussi possible d’obtenir une liste de potentielles futures victimes. Sur un kit de piratage que nous avons repéré, il est possible d'acheter 800 000 contacts pour 450 euros, à payer en crypto monnaie.

"N’importe qui peut acheter cette base de données qui contient adresses mails, numéros de téléphones, noms, prénoms, et tout le nécessaire pour réaliser une campagne de fishing assez sophistiquée", explique Noam Hamnich responsable équipe d'audit chez Itrust. 

Les sommes volées à chaque victime dépassent rarement les 50 euros. Le préjudice étant relativement faible, les plaintes déposées sont rares. “Comme les montants sont faibles, les parquets ont des seuils de préjudice, il y a une certaine impunité là-dessus", constate Jean-Jacques Latour responsable à  Cybermalveillance.

Pour ne pas se faire avoir, le mieux est de ne jamais cliquer sur des liens envoyés par des numéros de téléphone inconnus et de contacter le site d’achat en cas de doute

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.