Refus d'obtempérer, outrage et rébellion : le procès du rappeur Moha La Squale renvoyé au 18 mars 2021

L'artiste parisien, connu pour ses improvisations, avait été interpellé le 19 juin dans le 18e arrondissement de Paris à la suite d'un contrôle routier de routine au cours duquel il avait tenté de fuir.

Article rédigé par
Avec France Inter - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le rappeur parisien Moha La Squale. (PHILIPPE RENAULT / MAXPPP)

Le procès du rappeur Moha La Squale, qui devait se tenir jeudi 9 juillet à Paris, a été renvoyé au 18 mars 2021, rapporte la journaliste de France Inter présente à l'audience. L'artiste devait être jugé pour refus d'obtempérer, outrage et rébellion. Il ne s'est pas présenté à l'audience ce jeudi matin. En raison d'un emploi du temps chargé du tribunal et de l'absence du prévenu, le président a décidé de reporter l'audience.

Moha La Squale avait été interpellé le 19 juin dans le 18e arrondissement de Paris à la suite d'un contrôle routier de routine au cours duquel il avait tenté de fuir. Le rappeur de 25 ans avait été rattrapé par trois policiers, une interpellation visible sur plusieurs vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux. Lors de ce contrôle, les policiers s'étaient aperçus que l'artiste faisait déjà l'objet d'un mandat de recherche pour refus d'obtempérer aggravé après un rodéo à moto.

Un passé de dealer et de détenu

Le rappeur a été l'une des grosses révélations de l'année 2018, auteur d'un premier album "Bendero" plébiscité par le public (disque d'or, plus de 50 000 exemplaires vendus) et par la critique. Nommé aux Victoires de la musique 2019, l'artiste aux cheveux longs s'était fait repérer avec des "freestyles" (improvisations) postés sur Facebook et Youtube, où on le voit rapper dans sa cuisine ou dans son quartier de "La Banane" à Ménilmontant, dans le 20e arrondissement de Paris. Il y racontait déjà sa vie d'avant, lorsqu'il était dealer puis en prison.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.