Les 4 Vérités - Violences sexuelles : la ministre de la Justice en lutte "contre une forme de fatalité"

La ministre de la Justice Nicole Belloubet était l'invitée des "4 vérités" de France 2 ce mercredi 21 mars.

France 2

"Je ne peux prendre aucune position" sur la garde à vue de Nicolas Sarkozy à propos des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de 2007. "Ma position me l'interdit", répète la ministre de la Justice Nicole Belloubet dans Les 4 Vérités ce mercredi matin.

Le projet de loi sur les violences sexuelles est présenté en conseil des ministres ce matin. "Ce que nous avons voulu faire, c'est lutter contre une forme de fatalité qui faisait qu'on répond mal à divers comportements inacceptables", explique-t-elle.

"Il y a 93 000 femmes victimes de viols ou de tentative de viols en 2016. 100% des femmes qui utilisent les transports en commun sont victimes de frottements" ou autres agressions, rappelle-t-elle.

Les outrages sexistes difficiles à sanctionner

"Il fallait des réponses claires et précises à cet état de fait. L'outrage sexiste est puni d'une contravention qui sera dressée par un policier qui verra l'événement ou prendra acte d'une situation dénoncée et prouvée par une victime", détaille la ministre, qui admet que ce sera compliqué, mais que "cela aura une vertu pédagogique puissante".

La grogne contre la réforme de la justice s'installe partout en France. Les avocats, qui se mobilisent ce mardi, dénoncent un manque de concertation. "Ce n'est pas la réalité", assure Nicole Belloubet. Et d'asséner : "Depuis octobre, nous avons lancé les chantiers de la justice qui ont permis aux avocats de s'exprimer. Nous prenons en compte ce qui nous est dit puisque nous avons ôté des dispositions qui ne leur convenaient pas".

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, pose devant des journalistes, le 22 janvier 2018, à Paris.
La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, pose devant des journalistes, le 22 janvier 2018, à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)