Gestion du Covid-19 : Sacha Houlié dénonce une "judiciarisation de la vie politique" après la convocation d'Agnès Buzyn devant la CJR

L'ex-ministre de la Santé est convoquée vendredi par les juges de la Cour de justice de la République, dans le cadre de l'enquête sur la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement. Elle risque une mise en examen. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Sacha Houlié, député La République en marche de la Vienne en septembre 2018 à Tours.  (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Le député La République en marche de la Vienne Sacha Houlié a dénoncé jeudi 9 septembre une "judiciarisation de la vie politique", en réaction à la convocation vendredi de l'ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn, devant la Cour de justice de la République (CJR), pour un interrogatoire de première comparution, au terme duquel une mise en examen peut être prononcée. "Lorsqu'on est un représentant politique et qu'on commet des fautes dans le cadre de ses fonctions, les premiers juges sont d'abord les électeurs", a-t-il déclaré au service politique de franceinfo.

"Le risque, c'est de paralyser l'action politique, de faire un procès sur des actes qui sont a priori légaux mais qui pourraient être condamnés par l'opinion publique et c'est surtout de faire un tribunal populaire"

Sacha Houlié

franceinfo

"Je ne suis pas là pour dire que tout a été réussi dans la crise sanitaire, loin s'en faut, mais il y a aussi eu des mea culpa de la part du gouvernement" et "beaucoup d'efforts ont été faits pour surmonter une épreuve à laquelle aucun pays du monde n'était clairement préparé", a poursuivi l'élu qui estime que "de ce point de vue-là, je pense que ce n'est pas avec un procès qu'on règle la situation". 

"Ça revient aussi à dire que n'importe quel collectif peut remettre en cause l'action publique qui, on le sait, est extrêmement délicate en situation de crise"

Sacha Houlié

franceinfo

Depuis un an, des milliers de plaintes sont arrivées à la Cour de justice de la République, selon François Molins, procureur général près la Cour de cassation. La CJR est la seule juridiction habilitée à poursuivre et juger les Premiers ministres, ministres et secrétaires d'État pour les crimes et délits commis "dans l'exercice de leurs fonctions".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Droit et justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.