Emplois fictifs : "Depuis le début de cette enquête, on constate une réduction à chaque étape des fautes reprochées à François Fillon", souligne son avocat

François Fillon, condamné en appel à quatre ans de prison, dont un an ferme, dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs lundi, va se pourvoir en cassation, selon son avocat Me Antonin Lévy sur franceinfo. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien Premier ministre français François Fillon arrive au palais de justice de Paris, 27 février 2020.  (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

L'avocat de François Fillon, Maître Antonin Lévy, confirme lundi 9 mai sur franceinfo le pourvoi en cassation de son client. L'ancien Premier ministre a été condamné à la mi-journée par la cour d’appel à quatre ans de prison, dont un an ferme, dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs de son épouse Penelope Fillon. Ce recours "suspend les décisions pénales jusqu'à l’issue de ce pourvoi en cassation", précise Me Lévy.

Sur franceinfo, l'avocat de François Fillon souligne l’avancée du dossier en faveur de son client. "Depuis le début de cette enquête en 2017, on constate une réduction à chaque étape des fautes reprochées à François Fillon", relève-t-il. "On était d’abord sur un emploi fictif depuis 1981, qui est finalement jugé pour un emploi fictif à partir de 1998, explique l'avocat, Aujourd’hui, à l'issue de l'arrêt de la cour d’appel, on vient nous dire qu'il y a six ans d'emploi fictif pour lesquels nous sommes relaxés et sept ans pour lesquels nous sommes finalement condamnés." "On a bon espoir en effet, poursuit-il, en poussant encore le raisonnement un peu plus loin, qu’on arrive à ce qu’il y ait la réalité : un emploi qui est démontré".

Même ligne de défense 

La ligne de défense, elle, n'a pas changé. "Aujourd’hui, venir nous dire que son travail de 1992 à 2002 ne constitue pas un emploi fictif mais que pour le reste ça en est un, nous ne comprenons pas", souligne Me Antonin Lévy. "Depuis le début, elle a fait la même chose auprès de son époux", plaide l'avocat. "Il faut énormément de force pour une cour d’appel pour venir dire à une juridiction : depuis 2017, vous vous êtes trompés, ajoute-t-il. Là, elle l’a fait sur six ans." "C'est compliqué de le faire sur la totalité, de dire : vous avez pris des décisions si graves que la vie politique française a pu en être infléchie. C'est le genre de comportement qu’on peut espérer trouver chez la Cour de cassation."

L'avocat de François Fillon confirme également le pourvoi en cassation de Penelope Fillon et de Marc Joulaud, condamnés respectivement à deux et trois ans de prison avec sursis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Droit et justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.