Atteint d'un cancer, Patrick Henry va pouvoir sortir de prison

L'un des plus anciens détenus de France, Patrick Henry, condamné pour le meurtre d'un enfant est aujourd'hui atteint d'un cancer. Devait-il retrouver la liberté?  Le tribunal d'application des peines de Melun (Seine-et-Marne) a répondu oui. Dominique Verdeilhan, envoyé spécial à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière, nous en dit plus. 

FRANCE 2

Patrick Henry, condamné pour le meurtre d'un enfant, puis libéré puis à nouveau emprisonné, est aujourd'hui atteint d'un cancer. Le tribunal d'application des peines de Melun (Seine-et-Marne) lui a accordé une suspension de peine. Est-ce pour autant une décision exceptionnelle? "Depuis mai dernier, Patrick Henry, qui souffre d'un cancer, alterne les séjours entre la centrale de Réau (Seine-et-Marne), et l'hôpital de la Pitié-Salpétrière où il se trouve actuellement", explique Dominique Verdeilhan, envoyé spécial à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière. "Pour les médecins, je cite, 'son état de santé est durablement incompatible avec la détention'".

1 200 prisonniers en ont bénéficié

"Encore une fois", poursuit le journaliste, "il ne s'agit pas d'une libération conditionnelle, mais d'une suspension de peine pour raisons médicales. Cela veut dire que si son état de santé venait à s'améliorer, il pourrait être de nouveau incarcéré. Patrick Henry pourrait sortir dès demain, il sera hébergé dans la région lilloise par des amis. Il suivra évidemment son traitement. C'est l'application de la loi Kouchner, qui date de 2002. Jusqu'à présent, plus de 1 200 prisonniers en ont bénéficié."

Le JT
Les autres sujets du JT
Patrick Henry arrive au tribunal de Caen (Calvados), le 22 août 2002.
Patrick Henry arrive au tribunal de Caen (Calvados), le 22 août 2002. (MYCHELE DANIAU / AFP)