Algérie : un djihadiste condamné à la peine de mort pour la décapitation d’Hervé Gourdel

Le guide de haute montagne avait été décapité en septembre 2014 dans le nord de l’Algérie par un groupe se revendiquant de l’État islamique. Le principal suspect de son meurtre a été condamné jeudi 18 février à la peine de mort. 

FRANCE 3

Devant le tribunal de Dar el Beida, dans la banlieue d’Alger (Algérie), jeudi 18 février, c’est l’émotion qui domine Françoise Grandclaude. Le principal suspect du meurtre de son mari, Hervé Gourdel, a été condamné dans la soirée à la peine de mort, plus de six ans après les faits. "C’est une journée très importante qui marque la fin de tout un processus, donc je suis satisfaite", a-t-elle réagi. 

3000 hommes mobilisés pour retrouver son corps

Son mari était un guide de haute montagne originaire de Nice. Le 21 septembre 2014, il a été capturé par un groupe se revendiquant de l’État islamique alors qu’il participait à une randonnée dans un massif du nord de l’Algérie avec des guides locaux. Il sera décapité trois jours plus tard. L’armée algérienne a mobilisé 3 000 hommes pour capturer les suspects et localiser son corps. Jugés également jeudi, les accompagnateurs, accusés d’avoir prévenu tardivement les autorités, ont été acquittés. Par ailleurs, le djihadiste condamné ne sera pas exécuté : depuis 1993, l’Algérie applique un moratoire sur la peine de mort. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Français Hervé Gourdel, enlevé en Algérie le 21 septembre 2014 (photo non datée).
Le Français Hervé Gourdel, enlevé en Algérie le 21 septembre 2014 (photo non datée). ( AFP )