Affaire Ramadan : des recherches sur une victime présumée ont été commandées sur le Darknet

Selon nos informations, un mystérieux internaute a cherché à obtenir des informations sur l’une des victimes présumées de l'islamologue suisse auprès d'Haurus, un policier de DGSI désormais écroué. 

Tariq Ramadan au Palais de Justice de Paris, 13 février 2020.
Tariq Ramadan au Palais de Justice de Paris, 13 février 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)

Dans l’affaire Tariq Ramadan, un mystérieux internaute a cherché à se procurer sur le Darknet des informations sur l’une des victimes présumées de l'islamologue suisse, a appris franceinfo de sources concordantes, confirmant une information du Parisien. Le Darknet est la partie cachée d'internet qui héberge de nombreuses activités illégales.

Un mystérieux internaute réclame à Haurus des renseignements sur la victime présumée

Christelle - c'est un pseudonyme - accuse Tariq Ramadan de l’avoir violée dans une chambre d’hôtel à Lyon, en 2008. Au début du mois de mars 2018, "Haurus", un policier de la DGSI (désormais mis en examen et écroué pour avoir monnayé des informations issues de fichiers de police), a fait des recherches sur Tariq Ramadan, puis sur Christelle, à la demande d’un internaute avec qui il a échangé à plusieurs reprises sur le Darknet. Sous le pseudonyme "bidule7575", ce mystérieux internaute a réclamé à Haurus, à la demande d'une autre personne, des renseignements au sujet de Christelle contre rémunération. Mais, selon "Haurus", cet internaute lui expliquera "s'être fait doubler", le commanditaire ayant obtenu les renseignements d'une autre manière. La transaction avec le policier n'est donc pas allée jusqu'au bout.

Selon nos informations, le policier avait réussi à trouver, via ses recherches sur Tariq Ramadan dans les fichiers de police, la vraie identité de Christelle, mais aussi son passeport, son adresse ou encore son numéro de téléphone.

Des recherches réclamées par "bidule7575"

Pour l’avocat de Christelle, maître Eric Morain, ces éléments doivent être versés au dossier Ramadan. Eric Morain s’interroge et cherche à savoir si ces recherches n’émanaient pas de l’entourage de Tariq Ramadan. Il indique que sa cliente va se constituer partie civile dès mercredi à Nanterre dans l'affaire Haurus, pour accéder au dossier et en savoir plus sur ces recherches à son sujet réclamées par ce "bidule7575" et son commanditaire.
 
En mars 2018, au moment de ces demandes d'informations sur Christelle, Tariq Ramadan était écroué depuis un mois. Son avocat à l’époque, maître Yassine Bouzrou, explique dans un courrier judiciaire dont franceinfo a eu connaissance que le comité de soutien de l’islamologue lui a demandé à plusieurs reprises de lui transmettre l'ensemble du dossier d’instruction. L’avocat refusera et finira par se retirer. 

Une identitée dévoilée

Quelques semaines plus tard, l’identité de Christelle sera finalement dévoilée par un site proche du comité de soutien à Tariq Ramadan. Pour ces raisons, l’avocat de Christelle demande donc à ce que la lumière soit faite sur ces mystérieuses recherches sur le Darknet au sujet de sa cliente. "Il est important que les juges sachent ce qui a été fait dans le dos des victimes", estime Eric Morain, qui dénonce les nombreuses pressions et menaces exercées sur les victimes dans cette affaire.

L'actuel avocat de Tariq Ramadan, Emmanuel Marsigny, n’a pas répondu à nos sollicitations. Le 9 septembre prochain, Tariq Ramadan doit être jugé devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir cité à 84 reprises dans son livre la réelle identité de Christelle.