Faux papiers, géolocalisation... Un agent de la DGSI soupçonné d'avoir vendu des informations confidentielles sur le darknet

L'homme, fonctionnaire de police dans une unité antiterrorisme, se faisait appeler Haurus. 

Un hacker devant un ordinateur. (Illustration).
Un hacker devant un ordinateur. (Illustration). (SASCHA STEINBACH / EPA)

L'enquête visant un ancien agent du renseignement, soupçonné d'avoir vendu des informations confidentielles, vient de se terminer à Nanterre (Hauts-de-Seine), a appris mercredi 22 janvier franceinfo de source proche du dossier.

Cédric D., la trentaine, est suspecté d'avoir vendu sur le "darknet", la partie cachée d'internet qui héberge de nombreuses activités illégales, des informations issues de fichiers de police. Sur ce réseau, il était connu sous le nom d'Haurus. Il transmettait les informations en échange d'un règlement en bitcoins.

Des informations vendues jusqu'à 300 euros 

Moyennant 100 à 300 euros, Haurus fournissait aussi bien des factures téléphoniques détaillées que des données de géolocalisation mais aussi des "doublettes", des copies parfaites de pièces d'identité ou permis de conduire déjà en circulation. Ces informations étaient susceptibles d'intéresser des délinquants de droit commun, le grand banditisme, des journalistes, des agents de renseignement étrangers ou des faussaires désirant contrefaire des documents d'identité, note une synthèse de l'enquête que franceinfo a pu consulter.

Ce sont des enquêteurs de l'Office central pour la répression de l'immigration irrégulière et l'emploi d'étrangers sans titre (Ocriest) qui repèrent Haurus en juin 2018 lors d'une veille classique sur le darknet. L'Oclctic (lutte contre la cybercriminalité) est saisi à son tour et, très vite, avance deux hypothèses : celle d'un hacker ayant réussi à pénétrer dans les systèmes de l'État ou bien d'un membre des forces de l'ordre, ayant lui-même accès à ces fichiers. Les investigations permettent aux enquêteurs d'identifier Cédric D., fonctionnaire de police dans une unité antiterrorisme de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Haurus et plusieurs clients mis en examen

Cédric D. a été mis en examen fin septembre 2018, tout comme son compagnon, avec qui il menait grand train, partant régulièrement en voyage et fréquentant les grands hôtels. Quatre autres personnes ont depuis été mises en examen, il s'agit de clients, parmi lesquels un détective privé.

Parmi les clients d'Haurus figurait un ancien braqueur, détenu pour trafic de stupéfiants, a appris franceinfo de source proche du dossier, confirmant une information du Parisien. Cet ancien malfaiteur a acheté des informations de géolocalisation sur trois personnes, dont deux ont été assassinées et l'autre a été victime d'une tentative d'assassinat. Le parquet de Nanterre a transféré ces informations au parquet de Marseille, chargé de ces enquêtes.

Joint par franceinfo, l'avocat d'Haurus, Yassine Bouzrou, n'a pas souhaité faire de commentaires. L'enquête désormais terminée, le parquet doit donner ses réquisitions.