Prix littéraires : les imprimeries tournent à plein régime

Les prix Goncourt et Renaudot ont été décernés lundi 4 novembre. Une course a commencé pour imprimer les ouvrages, car les prix littéraires deviennent souvent des best-sellers.

France 2

À l'imprimerie Bussière à Saint-Amand-Montrond (Cher), c'est la course contre la montre à l'annonce de l'attribution du prix Renaudot catégorie essais. Le livre doit au plus vite sortir des machines de cette usine. "On est en train de transmettre le fichier du bureau de fabrication à la machine directement pour commencer l'impression de la couverture six minutes après avoir eu l'annonce du prix", explique lundi 4 novembre Pascal Choloux, le directeur de l'usine.

Éric Neuhoff lauréat

L'imprimerie tourne à plein régime. En moins de 24 heures, il faut imprimer 7 000 exemplaires supplémentaires de (très) Cher cinéma français, l'ouvrage de l'écrivain lauréat Éric Neuhoff édité chez Albin Michel. Au total, 70 personnes sont mobilisées pour qu'il soit livré dans les librairies parisiennes dès mardi matin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le livre lauréat du Renaudot catégorie essais
Le livre lauréat du Renaudot catégorie essais (France 2)