"Amsterdam" : Christian Bale et Margot Robbie embarqués dans une finaude comédie policière

Le réalisateur David O. Russell teinte d'humour un bon polar inspiré d’une histoire vraie dans le New York de 1933, avec un casting cinq étoiles. Acide, mais un peu clinquant.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Christian Bale, Margot Robbie et, John David Washington, dans "Amsterdam" de David O. Russell (2022). (WALT DISNEY COMPANY)

Déjà présent dans American Bluff et Fighters de David O. Russell, Christian Bale, refait confiance au réalisateur dans une comédie. Il est méconnaissable dans Amsterdam, qui sort mardi 1er novembre, aux côtés de Margot Robbie, John David Washington, Anna Taylor-Joy, Mike Myers et Robert de Niro. Beau jeu, mais la mariée n’est-elle pas un peu trop belle ?

Amitié à trois

En 1933 à New York, deux vieux potes vétérans de la Guerre de 14, le Dr Burt Berendsen (Christian Bale) et l'avocat Harold Woodman (John David Washington) se vouent à des œuvres caritatives. Quand ils apprennent que l’homme à l’origine de leur amitié est mort, ils se rendent compte que la famille n’a cure d’en connaître la cause, sinon à en tirer profit, jusqu’à ce qu’ils deviennent les premiers suspects.

"Amsterdam" est l’histoire des retrouvailles de trois amis à New York, plus de dix ans après la fin de la Première Guerre mondiale, des années folles bénies , passées dans la capitale néerlandaise..

Romanesque et polar loufoque, le film évoque aussi le général américain Gil Dillenback, commandant en 1917 du 369e Régiment de New York, constitué d’Afro-américains, qu'interprète un Robert de Niro remarquable.

Reconstitution rutilante

Le fond historique s’articule bien au sujet, notamment l’évocation de l’incorporation d’Afro-américains dans les régiments français en 1917, à la demande du Pentagone pour cause de ségrégationnisme dans l’US Army.

L’intrigue est alambiquée dans la lignée du film noir, et la parodie est servie par un Christian Bale-Dr. Maboul aux petits oignons. David O. Russell lisse toutefois trop l’image de son film, à la reconstitution rutilante, aux costumes sortis du pressing, et où pas une mèche ne dépasse. Un glamour dans le style de l’époque (1933) mais un peu superfétatoire. ce clinquant est toutefois contrebalancé par des audaces gores, peu amènes chez Disney qui produit et distribue le film, via la 20th Century Fox, désormais propriété de la major.

Le film tient les promesses d’un bon divertissement hollywoodien où l’investissement est à l’écran, dans l’image et un casting de luxe, complété par Chris Rock, Michael Shannon, Taylor Swift, même Matthias Schoenaerts dans un petit rôle. Amsterdam sort du lot, avec ses deux époques à dix ans de distance, un pacte ravivé par le destin, dans un entre-deux guerres qui s’assombrit, mais contré par l’humour. Tout le luxe d’un blockbuster dont le cinéma a bien besoin en ce moment.

L'affiche d'"Amsterdam" de David O. Russell (2022). (WALT DISNEY COMPANY FRANCE)

La fiche

Genre : Comédie policière
Réalisateur : David O. Russell
Acteurs : Christian Bale, Margot Robbie, John David Washington, Anna Taylor-Joy, Mike Myers, Robert de Niro
Pays : Etats-Unis
Durée : 2h14
Sortie : 1er novembre
Distributeur : Walt Disney Company France

Synopsis : L'histoire de trois amis proches qui se retrouvent au centre de l’une des intrigues parmi les plus secrètes et choquantes de l'histoire américaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Travailler dans les métiers d'art, culture, édition

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.