Réforme des retraites : les concessions du gouvernement

Policiers, surveillants pénitentiaires, militaires… Certains corps de métiers pourront toujours bénéficier de départs anticipés à la retraite.

Franceinfo

À l'image des pilotes de ligne et du personnel navigant, le gouvernement d'Édouard Philippe a déjà accordé quelques concessions à plusieurs corps de métiers sur le front de la réforme de la retraite. C'est par exemple le cas des militaires, qui ne touchent pas de retraite, mais une pension. "Ils ont un régime que leur est propre : pas d'âge minimum légal de départ à la retraite, seule la carrière va compter", précise le journaliste Naoufel El Khaouafi. Les soldats et sous-officiers devront effectuer 17 ans de service pour pouvoir partir à la retraite.

Machine arrière

Policiers, surveillants pénitentiaires et contrôleurs aériens ont également accès à un départ anticipé à partir de 52 ans. Les pompiers et les douaniers pourront quant à eux partir à 57 ans. "Ces différents départs anticipés ne devaient être possibles qu'à condition d'avoir occupé des fonctions considérées comme dangereuses, mais face aux différents mouvements de contestation (…) le gouvernement a décidé de faire machine arrière et de généraliser ces départs", explique Naoufel El Khaouafi.

Un militaire de l\'opération Barkhane au Mali, devant un hélicoptère, sur une base de Gao, le 24 février 2019. 
Un militaire de l'opération Barkhane au Mali, devant un hélicoptère, sur une base de Gao, le 24 février 2019.  (ALAIN JOCARD / AFP)