"Quand on est militaire, on ne touche pas la retraite, on a une pension" : en Côte d'Ivoire, Emmanuel Macron rassure les soldats sur la réforme des retraites

Lors d'une visite aux troupes françaises, le chef de l'Etat a laissé entendre que les militaires ne seraient pas concernés par la réforme des retraites portée par l'exécutif.

Emmanuel Macron devant des militaires français, le 20 décembre 2019, à Port-Bouët (Côte d\'Ivoire).
Emmanuel Macron devant des militaires français, le 20 décembre 2019, à Port-Bouët (Côte d'Ivoire). (LUDOVIC MARIN / AFP)

Venu passer une soirée avant Noël avec les troupes françaises en Côte d'Ivoire, Emmanuel Macron a tenté de rassurer les militaires sur la réforme des retraites. "Quand on est militaire on ne touche pas la retraite, on a une pension. C'est différent", a affirmé le chef de l'Etat, vendredi 21 décembre, lors d'un discours prononcé devant un millier de militaires français dans le camp de Port-Bouët (sud du pays). Une façon de dire que les soldats pourront continuer d'arrêter leur carrière plus tôt que les civils, sans pour autant apporter de précision sur le maintien de leur statut.

S'ils cotisent au régime de la fonction publique d'Etat, géré directement par Bercy,  les militaires bénéficient d'un régime qui leur est propre. Ils sont les "assurés sociaux qui ont la carrière la plus brève, surtout ceux qui vont sur le terrain", notaient Les Echos, en 2018.

Une pension au bout de dix-sept ans de carrière

Les simples soldats et les sous-officiers doivent justifier de "seulement" dix-sept ans de carrière pour jouir d'une pension militaire à effet immédiat. Il n'existe pas d'âge minimum légal pour partir à la retraite, seule la durée de la carrière compte. Pour les militaires de rang, l'âge de départ est de 41 ans en moyenne.

Emmanuel Macron a tenté d'envoyer "un message de réassurance pour répondre à une inquiétude latente chez les militaires", affirme son entourage, interrogé par l'AFP. Le 11 décembre, Edouard Philippe avait affirmé que les militaires, comme les policiers ou les pompiers, allaient garder le bénéfice de dérogations d'âge sur le départ à la retraite. Une annonce justifiée par le fait que ces derniers sont "exposés à des fonctions dangereuses dans le cadre des missions régaliennes".