Militaires tués au Mali : la France réfute la revendication de Daech

Jeudi 28 novembre, le groupe État islamique a revendiqué être à l'origine de la mort des 13 soldats français au Mali. Des propos réfutés par le chef d'état-major.

FRANCE 3

La branche ouest-africaine de Daech a revendiqué être à l'origine de la mort de 13 soldats français au Mali. Dans un communiqué publié jeudi 28 novembre, le groupe terroriste affirme que l'un des deux hélicoptères était la cible de tirs jihadistes. Au lendemain de l'annonce, le chef de l'état-major français est catégorique, c'est faux. Il rappelle que les forces françaises traquaient depuis trois jours des groupes armés à l'est de Gao, au Mali. Lundi 25 novembre, les militaires au sol pourchassaient des jihadistes à bord de pickups et motos en pleine nuit. Des renforts aériens sont alors appelés.

Une revendication opportuniste

Pour les spécialistes, la revendication de l'État islamique est opportuniste. "C'est dans leur intérêt de revendiquer la mort de 13 militaires français. Ils répondent à l'appel de leur feu calife Baghdadi qui a appelé explicitement à viser la France et les forces Barkhane au Sahel pour la simple raison que dans cette région du monde l'empreinte française est importante", estime Wassim Nasr, spécialiste des mouvements jihadistes. Pour l'heure, le groupe terroriste n'a apporté aucune preuve des tirs. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un soldat français de la force Barkane devant le mont Hombori, au Mali, le 27 mars 2019.
Un soldat français de la force Barkane devant le mont Hombori, au Mali, le 27 mars 2019. (DAPHNE BENOIT / AFP)