"Gilets jaunes" : un dispositif vraiment efficace ?

1 939 personnes ont été interpellées et plus de 1 700 placées en garde à vue samedi 8 décembre, en marge de la mobilisation des "gilets jaunes". Retour sur le dispositif policier mis en place.

FRANCE 2

Ils avaient prévu de manifester samedi 8 décembre à Paris, mais ont passé la journée au commissariat. Certains ont été relâchés dans la soirée avec un simple rappel à la loi, mais ne décolèrent pas. "Ils ont vu ma veste de moto, et pour eux j'étais un casseur, sauf que rien à voir, et j'ai fini par 13 heures de garde à vue", confie l'un d'entre eux au micro de France 2. Un record d'interpellations. Dès le début de la matinée de samedi, dans les rues, à la sortie des bus ou des trains, les manifestants sont contrôlés, fouillés, et pour certains arrêtés.

Une stratégie offensive

Le nombre d'arrestations n'a cessé de progresser toute la journée à Paris, de 177 à 7h30 du matin à 1 150 à 21h. Elles ont permis certaines saisies comme des boules de pétanque ou encore des armes blanches. Le dispositif de sécurité lui aussi était inédit : des blindés de la gendarmerie et 8 000 forces de l'ordre déployées, avec une stratégie offensive. Un maintien de l'ordre mobile, mais des interventions parfois brutales, au flashball. 71 personnes au total ont été blessées dont 7 parmi les forces de l'ordre selon la préfecture de police. Autre point noir du dispositif : une zone d'affrontement plus large et des dégâts plus étendus que la semaine dernière.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une compagnie de CRS devant l\'Opéra à Paris le samedi 8 décembre 2018, journée de manifestation des \"gilets jaunes\".
Une compagnie de CRS devant l'Opéra à Paris le samedi 8 décembre 2018, journée de manifestation des "gilets jaunes". (LAURE BOYER / HANS LUCAS/ AFP)