Armes explosives : le nombre de victimes civiles a augmenté de 83% en 2022

On dénombre 31 273 personnes tuées ou blessées par des armes explosives en 2022 (dont 20 793 civils) contre 19 722 en 2021 (dont 11 343 civils), selon un rapport publié lundi 24 avril par l'Observatoire des armes explosives.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Les débris d'une maison après une attaque de missile, près de Kiev en Ukraine, en décembre 2022. (GENYA SAVILOV / AFP)

En 2022, le nombre de victimes civiles de l'utilisation d'armes explosives a augmenté de 83%, par rapport à 2021, selon un rapport publié lundi 24 avril par l'Observatoire des armes explosives, auquel participent Handicap International, Action on Armed Violence (AOAV) et Insecurity Insight. Dans ce rapport que la Rédaction internationale de Radio France s'est procuré, on dénombre 31 273 personnes tuées ou blessées par des armes explosives en 2022 (dont 20 793 civils) contre 19 722 en 2021 (dont 11 343 civils). Au total, 50 995 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives en l'espace de deux ans, dont 32 136 civils. Cette hausse du nombre de victimes est due notamment à l'invasion de l'Ukraine par la Russie et à l'utilisation croissante des armes explosives dans les conflits en Éthiopie, au Myanmar et en Somalie.

Made with Flourish

En 2021 et 2022, l'Observatoire fait état de 1 158 incidents impliquant des armes explosives sur des infrastructures essentielles, de santé ou d'aide d'urgence, comme les hôpitaux, les ambulances, ou encore les écoles. Dans le détail, 603 incidents affectant les soins de santé ont été recensés en 2022, contre 165 l'année précédente. Une hausse également due à l'émergence du conflit armé en Ukraine, où une moyenne de 47 incidents d'utilisation d'armes explosives affectant les systèmes de santé ont été enregistrés chaque mois entre avril et la fin de l'année 2022.

En 2022, les armes explosives tirées depuis le sol sont les plus utilisées

En 2021, les armes explosives intentionnellement posées (comme les pièges, les mines et les engins improvisés) ont été les plus utilisées, avec 1 236 incidents. En 2022, ce sont les armes explosives tirées depuis le sol (roquettes, mortiers, obus d'artillerie...) qui ont été le plus souvent utilisées, avec 2 273 incidents qui ont fait 12 689 victimes (dont 86% de civils). L’Observatoire des armes explosives, créé en 2022, livre son tout premier rapport mondial sur les incidents, les pratiques et les dommages causés par les bombardements et les pilonnages sur les villes. L'Observatoire prévoit d'en publier un chaque année.

Cette première publication intervient six mois après l'adoption à Dublin, en Irlande, par 83 États, d'un accord international contre l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées. "Cette adoption est la reconnaissance officielle par un grand nombre d'États, dont la Belgique, le Canada, la France, le Luxembourg, la Suisse, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, des souffrances humaines causées par les bombardements et les tirs d'obus sur les villes", écrit Handicap International dans sa synthèse.

"En fournissant des informations et des analyses, nous voulons continuer à faire pression sur les États pour qu'ils mettent en œuvre des politiques et des mesures concrètes visant à restreindre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées et à inciter les États non-signataires à adhérer à l'accord international", indique Alma Taslidžan, responsable du plaidoyer sur le désarmement et la protection des civils.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.