Cet article date de plus d'un an.

Armée française : démonstration de force lors d'un exercice de débarquement dans l'Hérault

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Une plage française, située dans l’Hérault, a été prise d’assaut par les militaires, dimanche 26 février. Il s’agissait d’un exercice de l’armée qui s’est entraînée à débarquer en cas de conflit.
Défense : l’armée française en plein exercice militaire de grande ampleur Une plage française, située dans l’Hérault, a été prise d’assaut par les militaires, dimanche 26 février. Il s’agissait d’un exercice de l’armée qui s’est entraînée à débarquer en cas de conflit. (France 2)
Article rédigé par franceinfo - V. Gaglione, B. Bock, France 3 Occitanie, T. Toujas
France Télévisions
Une plage française, située dans l’Hérault, a été prise d’assaut par les militaires, dimanche 26 février. Il s’agissait d’un exercice de l’armée qui s’est entraînée à débarquer en cas de conflit.

Dès 6h dans la matinée du 26 février, à Sète et à Frontignan (Hérault), c’était un véritable débarquement. 700 hommes et 145 véhicules de l’armée ont investi le port. "Ça fait une atmosphère un peu bizarre qu’on n'aimerait pas vivre"glisse une habitante. C’est l’opération Orion, un exercice grandeur nature qui mobilise 7 000 soldats sur 14 départements du sud de la France. Hier, 350 parachutistes ont été largués avec 50 tonnes de matériel. Leur mission était de faire reculer une milice ennemie.

La guerre en Ukraine a nourri le scénario

À Castres comme à Frontignan, des blessés fictifs sont pris en charge. Pour les militaires, c’est l’occasion de coordonner toutes les forces, aériennes, maritimes et terrestres. À bord du porte-hélicoptère amphibie, les opérations sont dirigées depuis plusieurs jours et l’exercice programmé depuis des mois. La guerre en Ukraine a bien sûr également nourri le scénario. L’exercice devrait permettre d’affiner le profil de l’armée de demain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.