Apprentissage : la victoire d'un jeune chaudronnier dyslexique

Clément, apprenti en BTS au Creusot (Saône-et-Loire), avait interpellé Emmanuel Macron en public afin d'évoquer sa dyslexie, qu'il a surmontée pour devenir chaudronnier.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Il a eu le courage de prendre le micro devant le chef de l'État, alors qu'Emmanuel Macron était allé à la rencontre de jeunes étudiants, lycéens et apprentis. "Malgré mon handicap, qui est la dyslexie, le regard des autres est différent, j'avance dans la vie", avait clamé Clément Hélias, des sanglots dans la voix. "Je trouve ça impressionnant. Même moi je ne sais pas si j'aurais osé", félicite un camarade. "Ce n'était pas facile, mais je voulais montrer qu'il n'y avait pas de différence", expliquait Clément.

Il a trouvé sa vocation

Ses professeurs ont pris l'habitude d'écrire de manière à l'aider un peu, et au collège Clément lisait avec l'aide d'un pupitre. Et si les mots trébuchent encore parfois, le jeune homme a le geste sûr dans sa formation en BTS chaudronnerie industrielle. Il a ainsi trouvé sa vocation, il en est certain. "Au-delà d'être sérieux, il y a cette envie d'aller au bout des choses. La dyslexie est très loin. Elle n'existe plus du tout", assure Gaël Grisier, son professeur au lycée du Creusot (Saône-et-Loire).

Le JT
Les autres sujets du JT
Clément, apprenti en BTS au Creusot (Saône-et-Loire), avait interpellé Emmanuel Macron en public afin d\'évoquer sa dyslexie, qu\'il a surmontée pour devenir chaudronnier.
Clément, apprenti en BTS au Creusot (Saône-et-Loire), avait interpellé Emmanuel Macron en public afin d'évoquer sa dyslexie, qu'il a surmontée pour devenir chaudronnier. (FRANCE 2)