Viticulture : une année noire pour les producteurs

Alors que la saison est aux vendanges, le secteur viticole s’interroge sur l’impact de la crise sanitaire. Avec moins d’importations et moins de consommation dans les bars, l’incertitude prime notamment sur les stocks.

FRANCE 2

Dans l’Aude, au vu des vendanges, un domaine s’attend à un millésime exceptionnel cette année. Pourtant, Christophe Gualco, propriétaire, n’est pas très optimiste. "On est à la fois anxieux et inquiets, c’est la reprise du coronavirus et de nouveau un deuxième impact qui risque d’être extrêmement lourd pour nos entreprises", s’alarme le viticulteur. Avec 40% de son chiffre d’affaires perdu, à cause de la crise sanitaire, il comptait sur les salons viticoles pour sauver son année, mais ces événements pourraient ne pas avoir lieu.

Certains diminuent leur production

L’inquiétude est partagée par l’ensemble du monde viticole. En Alsace, la famille Borès a décidé au printemps dernier de sacrifier une partie des bourgeons pour diminuer la production. Les invendus prennent de la place. Dans cette période d’incertitude, certains développent la vente par internet ou la livraison à domicile.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les vendanges dans les vignes du château de Chambord (Loir-et-Cher), le 19 septembre 2018.
Les vendanges dans les vignes du château de Chambord (Loir-et-Cher), le 19 septembre 2018. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)