Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Le ministre de l'Agriculture veut revenir sur l'interdiction des néonicotinoïdes, toxiques pour les abeilles

Publié Mis à jour
Article rédigé par
France Télévisions

Stéphane Travert était l'invité de BFMTV, lundi 26 juin.

Le gouvernement envisage-t-il de réautoriser les pesticides néonicotinoïdes "tueurs d'abeilles", comme le révèle RMC ? Invité lundi 26 juin de BFMTV, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, a confirmé qu'une réflexion était engagée sur un nouveau texte. "Non, nous ne revenons pas sur le texte sur les néonicotinoïdes, mais il doit rentrer dans le cadre européen", a-t-il d'abord déclaré, avant d'ajouter "souhaiter gérer les impasses techniques". C'est-à-dire continuer à utiliser les produits non interdits au niveau européen, et pour lesquels il n'existe pas de produit de substitution.

Il y aura "une discussion" avec Nicolas Hulot

Stéphane Travert a fini par admettre qu'il s'agissait bien d'un "retour en arrière" par rapport à la législation française. En juin 2016, les députés avaient voté l'interdiction de ce type de pesticides, à partir du 1er septembre 2018. Le ministre de l'Agriculture a également reconnu qu'il devrait avoir "une discussion" avec Nicolas Hulot sur ce sujet, avant "l'arbitrage" du Premier ministre. Le ministre de la Transition écologique a réagi quelques minutes plus tard aux déclarations de son collègue, sur Twitter :

Les néocotinoïdes sont une famille de pesticides reconnue nocive pour les abeilles et les insectes pollinisateurs et, plus généralement, pour l'environnement et la santé et la santé. Ils agissent à des doses très faibles sur le système nerveux central des insectes en général et des abeilles en particulier. Lorsque ces doses "sont trop faibles pour les tuer directement, ces expositions altèrent leur sens de l’orientation, leur faculté d’apprentissage, leur capacité de reproduction, etc", souligne Le Monde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.