Sécheresse dans la Creuse : face à "une situation dramatique", le maire de Guéret va utiliser des camions-citernes pour chercher de l'eau

Face à une importante sécheresse dans la Creuse qui dure depuis des mois, le maire de Guéret a annoncé sur franceinfo qu'il allait faire appel à des camions-citernes pour aller chercher de l'eau. Les agriculteurs, premiers concernés parlent quant à eux d'une situation "catastrophique".

L\'étang des Landes, le 27 août 2019 à Lussat (Creuse).
L'étang des Landes, le 27 août 2019 à Lussat (Creuse). (THOMAS BAIETTO / FRANCEINFO)

La sècheresse s'aggrave en Creuse. Alors que l'eau commence à manquer dans les réserves, et notamment à Guéret à cause de la sécheresse, le maire de la ville, Michel Vergnier, invité sur franceinfo dimanche 22 septembre, indique que la Ville va devoir utiliser "des camions-citernes" pour aller chercher de l'eau.

"Nous ne sommes pas en manque d'eau potable aujourd'hui mais nous risquons de l'être", précise-t-il. "Aujourd'hui, la production classique, à savoir le captage de sources plus l'approvisionnement dans une rivière, est inférieur à la consommation. Donc il nous faut trouver des compléments."

Une situation "catastrophique"

Si le maire affirme que c'est la première fois qu'une telle solution est envisagée, il constate depuis plusieurs années une tendance de fond : "On s'aperçoit que les années se tendent, pour l'alimentation des bétails ça va être très compliquée."

Michaël Magnier, éleveur laitier et président des Jeunes agriculteurs de la Creuse, est quant à lui beaucoup plus inquiet. Sur franceinfo, il a indiqué que la situation était "catastrophique". Les agriculteurs commencent d'ailleurs à puiser dans le réseau potable : "On arrive à un moment où on n'a plus de stocks d'eau et c'est extrêmement dramatique."

Moitié moins de pluie qu'habituellement

Et ce n'est pas l'arrivée de la pluie, dimanche, qui l'a rassuré : "Il n'y a eu que 5 mm. Il faut savoir que depuis le mois de juin de l'année dernière, il nous manque la moitié de la pluviométrie qu'on a d'habitude. On est entre 400 et 500 mm d'eau sur un peu plus d'un an, alors que d'habitude on tourne aux alentours des 900-1 000 mm. Il n'y a aucune réserve d'eau dans les sols. La végétation ne repartira pas cette année."

On est parti vers l'automne donc ce sera fini pour tout le fourrage. Même pour les semis, c'est extrêmement compliqué pour l'implantation des prairies qu'on fait d'habitude à l'automne. Mais les choses graves sont à venir parce qu'il faut savoir que si on n'a pas plus d'eau durant l'hiver, si on n'a pas plus de réserves, on va vraiment à la catastrophe pour le département de la Creuse et des départements limitrophes.Michaël Magnier, président des Jeunes agriculteurs de la Creusesur franceinfo

Une sécheresse qui pourrait avoir un impact important pour les agriculteurs, affirme Michaël Magnier : "Je sais qu'aujourd'hui l'ensemble des agriculteurs de la Creuse est complètement dans l'inconnu, complètement démoralisé. On n'a aucune action de la part du gouvernement. Ça fait 18 mois qu'on est en sècheresse parce que le peu d'eau qu'on a eu l'hiver dernier, ça n'a strictement rien fait. Pour abreuver les bêtes, c'est extrêmement compliqué. Les ruisseaux sont tous à sec. On est en train de commencer à se connecter sur le réseau potable donc le réseau public. Le souci c'est que les sources du réseau public ne pourront pas tenir si l'ensemble des agriculteurs tirent dessus."