Sébastien Chenu (RN) : "La situation de François de Rugy était intenable"

Sébastien Chenu, député du Nord et porte-parole du Rassemblement national, est l'invité des "4 Vérités" de France 2, mercredi 17 juillet. 

France 2

Elisabeth Borne vient d'être nommée ministre de la Transition écologique à la place de François de Rugy qui a démissionné. "Les pratiques doivent changer. Ce qui était permis il y a dix ans en matière de train de vie de l'État, les Français ne peuvent plus l'accepter", dénonce Sébastien Chenu (RN) sur le plateau des "4 Vérités" de France 2, mercredi 17 juillet. Sur la réaction rapide du gouvernement, le député du Nord pense qu'il y a eu "une prise de conscience. La situation de François de Rugy était intenable"

François de Rugy a comparé sa situation à Pierre Pierre Bérégovoy qui s'était donné la mort après des révélations dans la presse. "Il y a une presse qui a choisi d'être entre la morale et la justice. Je ne suis pas forcément client de cette presse, mais elle estime faire son travail", souligne Sébastien Chenu. "Il y a un problème avec cela : c'est la feuilletonisation. Chaque jour, on ajoute un élément jusqu'à ce qu'on obtienne la démission d'un ministre", déplore le porte-parole du Rassemblement national.  *

"Le CETA va tuer notre agriculture"

Sur les affaires qui touchent le Rassemblement national, Sébastien Chenu assure : "Nous sommes innocents et nous contestons ce qui nous est reproché". "Ce qui vaut au gouvernement vaut pour tout le monde, mais nous n'avons rien à nous reprocher", ajoute-t-il. Le député du Nord assure que "le CETA va tuer notre agriculture. Le Canada est probablement le pays qui a les normes environnementales les plus éloignées de nos exigences". "Le départ de François de Rugy, l'arrivée d'Elisabeth Borne et la signature du CETA et du Mercosur, c'est la fin de l'écologie", conclut Sébastien Chenu.  

Sébastien Chenu, député RN du Nord et porte-parole du Rassemblement national, le 3 octobre 2017 à l\'Assemblée nationale.
Sébastien Chenu, député RN du Nord et porte-parole du Rassemblement national, le 3 octobre 2017 à l'Assemblée nationale. (JACQUES DEMARTHON / AFP)