Cet article date de plus d'un an.

Plusieurs centaines de personnes rassemblées à Rennes en soutien au maire auteur d'un arrêté anti-pesticides

Le maire de Langouët, en Ile-et-Vilaine, doit comparaître devant la justice pour avoir maintenu son arrêté contre l'avis de l'état.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Daniel Cueff, le maire de Langouët, en Ille-et-Vilaine.  (FRANCE-BLEU ARMORIQUE)

"Laissez nos maires nous protéger." Plusieurs centaines de personnes étaient réunis, devant le tribunal administratif de Rennes, sur les coups de 9h, jeudi 22 août, en soutien au maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), convoqué pour avoir pris un arrêté interdisant l'usage de pesticides près des habitations. Entre 500 personnes, selon la police, et plus d'un millier, selon les organisateurs, étaient déjà présents devant le tribunal administratif pour soutenir Daniel Cueff.

"Mme la préfète, laissez nos maires nous protéger", interpellait une bannière de soutien au maire. De nombreux soutiens sont venus en réponse à l'"Appel des coquelicots", lancé par l'hebdomadaire satirique Charlie hebdo, dont la rédaction est présente au rassemblement. "STOP AUX PESTICIDES ! La rédaction de Charlie est à Rennes", clame le journal sur sa page Facebook, appelant les lecteurs à se mobiliser. Des associations environnementales, mais aussi plusieurs élus, sont également venus soutenir le maire, a constaté l'AFP.

En mai dernier, le maire de la commune de 602 habitants avait pris un arrêté interdisant l'utilisation de produits phytopharmaceutiques "à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d'habitation ou professionnel". La préfecture d'Ile-et-Villaine s'était positionnée contre cet arrêté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.