Pêche : la guerre de la coquille Saint-Jacques

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, est au Royaume-Uni mercredi 5 septembre afin d'évoquer la question de la bataille que se livrent les pêcheurs français et britanniques atour de la pêche à la coquille Saint-Jacques.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Les images avaient marqué l'actualité la semaine dernière. On y voit des chalutiers français en baie de Seine attaquer des bateaux britanniques, qui répliquent. Le nerf de cette bataille navale est la coquille Saint-Jacques, que les Anglais ont le droit de pêcher avant les Français. "Pour nous, la coquille ouvre le 1er octobre, explique Franck Enault, pêcheur. Eux, ils sont ouverts toute l'année et vont pêcher ailleurs toute l'année. Pourquoi viennent-ils un mois et demi avant dans nos zones ? Ils pêchent la quantité de 300 bateaux avec 8 bateaux, ce n’est pas un pillage, c'est un massacre."

Une réglementation commune ?

La zone de pêche convoitée de part et d'autre est une zone communautaire. Pour préserver les ressources, les Français ne peuvent pêcher qu'entre le 1er octobre et le 15 mai. Les Britanniques, eux ne sont pas soumis à la même réglementation et estiment travailler en toute légalité. Le ministre de l'Agriculture se rend à Londres (Royaume-Uni), une réunion entre pêcheurs des deux bords est prévue dans l'après-midi du 5 septembre. La France proposera que les deux pays soient soumis à la même réglementation. Le Brexit pourrait compliquer la situation : si les Britanniques n'ont plus accès à cette zone communautaire pour leur coquille Saint-Jacques, ils pourraient fermer leurs eaux aux Français. Cette décision serait lourde de conséquences : les pêcheurs normands y capturent la moitié de leurs poissons.

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo d\'illustration de coquilles Saint-Jacques.
Photo d'illustration de coquilles Saint-Jacques. (MARCEL MOCHET / AFP)