"On voit bien que ça se répète" : en Bourgogne, la sécheresse pousse les éleveurs à s'inquiéter face au réchauffement climatique

Depuis juin, la pluie se fait attendre en Saône-et-Loire. Une sécheresse inédite qui a des conséquences sur l'agriculture et les particuliers. Alors que le GIEC rend son rapport sur le changement climatique, franceinfo vous emmène dans une région déjà frappée par ses conséquences.

L\'éleveur Luc Jeannin au milieu d\'une rivière asséchée, le 2 octobre 2018 à Saint-Eugène (Saône-et-Loire).
L'éleveur Luc Jeannin au milieu d'une rivière asséchée, le 2 octobre 2018 à Saint-Eugène (Saône-et-Loire). (THOMAS BAÏETTO / FRANCEINFO)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Depuis la cour de sa ferme, Henri Guillemot regarde ses terres. Au loin, la ligne bleue des premières montagnes du Morvan ferme l'horizon. Au premier plan, quelques vaches charolaises piétinent dans une prairie brûlée par la sécheresse"Ce pré, il devrait être vert, avec de l'herbe haute comme ça, mime l'éleveur, en écartant les mains d'une quinzaine de centimètres. On voit même à travers les haies, alors qu'elles devraient être bien feuillues". Nous sommes le 2 octobre, mais sous l'effet du réchauffement climatique, le bocage de Toulon-sur-Arroux (Saône-et-Loire) n'a pas quitté ses habits d'août. "Je suis assez inquiet, poursuit l'agriculteur de 61 ans. On se disait 'S'il pleut au 15 août, on est bon'. Puis après c'était 'S'il pleut le 15 septembre, ça ira'. Maintenant, je ne crois plus à une grosse repousse de l'herbe avant l'hiver".

Abondante jusqu'au printemps, la pluie n'est pas tombée en quantité suffisante sur la Bourgogne et une grande partie de la France depuis la fin juillet. "La canicule a brûlé l'herbe et bloqué la repousse. Du jour au lendemain, tout s'est arrêté", retrace Henri Guillemot. Avec une conséquence immédiate pour les éleveurs de la région : leurs vaches n'ont plus d'herbe à manger. A la recherche de la moindre pousse, elles broutent tellement près du sol qu'elles risquent d'avaler de la terre, ce qui peut provoquer des indigestions, parfois fatales. "J'ai commencé à donner à mes vaches les réserves de fourrage de l'hiver au mois d'août. Normalement, les pâtures doivent durer jusqu'au 11 novembre...", souffle le sexagénaire, connu sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme de "paysanheureux". Il n'est pas le seul : dans les prés du Charolais, tous les râteliers sont remplis de foin.

"On peut se retrouver avec un effondrement de l'élevage"

Installé dans cette ferme de La Tour du Soir depuis 1981, Henri Guillemot n'a pas souvenir d'une sécheresse comparable. "Nous avons connu 2003, mais c'était au printemps, ce qui avait permis une repousse de l'herbe à l'automne", raconte-t-il. A cause de cet épisode automnal, et les moissons ayant été réalisées au printemps, il est trop tard pour demander aux céréaliers de la paille supplémentaire, comme cela avait été fait les fois précédentes. La demande, elle, augmente, et les prix gonflent, de "80 à 130 euros la tonne". "Si la sécheresse perdure et qu'il n'y a pas de printemps précoce, il va manquer des camions de paille, surtout que cela concerne tout le nord de l'Europe", prédit l'éleveur.

Une vache d\'Henri Guillemot mange du fourrage, le 2 octobre 2018 à Toulon-sur-Arroux (Saône-et-Loire).
Une vache d'Henri Guillemot mange du fourrage, le 2 octobre 2018 à Toulon-sur-Arroux (Saône-et-Loire). (THOMAS BAÏETTO / FRANCEINFO)

Ce manque de fourrage pourrait inciter les agriculteurs à vendre plus de bêtes et plus tôt, ce qui ferait chuter les prix dans un secteur en crise économique depuis des années. "On est déjà en crise structurelle dont on ne voyait pas le bout. Dans ce contexte, un événement comme celui-là a des effets exponentiels", souligne Henri Guillemot.

Les lois du marché font que le plus faible trinque le plus. Là, on peut se retrouver avec un effondrement de l'élevage.Henri Guillemotà franceinfo

Dans son malheur, Henri Guillemot a quand même une raison de se réjouir. Le ruisseau qui traverse ses prés coule toujours. "J'ai des copains qui ont des problèmes d'abreuvement", confie-t-il. Comme Luc Jeannin, 48 ans, installé aux Bois Feuilloux, sur la commune voisine de Saint-Eugène. En bas de ses prés, le Pontin, "un cours d'eau de première catégorie, avec des poissons", est à sec depuis le 10 août. "Là, je suis au milieu de la rivière, resitue l'agriculteur, les deux pieds dans le sable. Normalement, elle coule tout le temps". Alors, pour désaltérer ses vaches, Luc Jeannin s'est branché sur l'eau courante. "Une vache et son veau, c'est 100 litres d'eau par jour. Quand c'est à la rivière, ça va, quand c'est sur le compteur, il y a une facture qui va arriver", se désole-t-il. Sur ses 150 têtes de bétail, 125 boivent au robinet.

Henri Guillemot, éleveur, devant ses stocks de fourrage, à Toulon-sur-Arroux (Saône-et-Loire), le 2 octobre 2018.
Henri Guillemot, éleveur, devant ses stocks de fourrage, à Toulon-sur-Arroux (Saône-et-Loire), le 2 octobre 2018. (THOMAS BAÏETTO / FRANCEINFO)

"On n'est pas des scientifiques, mais on voit bien que ça se répète"

Comment expliquer un tel désastre ? Luc Jeannin se "pose des questions" sur le changement climatique. "J'avais 6 ans quand mon père a connu la sécheresse de 1976, expose-t-il. En 2003, on s'est dit que c'était la sécheresse qu'avait connue nos parents qui revenait. Et puis il y a eu 2011, 2015 dans certains endroits et maintenant 2018. Ça fait beaucoup." Henri Guillemot abonde : "Entre éleveurs, on évoque maintenant le réchauffement climatique, quelque chose dont ne parlait pas il y a dix ans. C'est la fréquence des problèmes, entre la sécheresse, les tempêtes et les inondations, qui fait que c'est devenu un sujet, analyse-t-il. On n'est pas des scientifiques, mais on voit bien que ça se répète".

Responsable d'équipe au laboratoire Biogéosciences du Centre de recherches de climatologie de l'université de Bourgogne, Yves Richard est un scientifique, lui. Et il impute, en partie, cette sécheresse au changement climatique. "Il y a deux éléments dans la sécheresse : des températures très élevées et un déficit de précipitations. Pour le premier point, nous avons eu un été très chaud et très long. Ce n'est pas compliqué, c'est vraiment imputable au changement climatique. En Bourgogne, nous avons battu cette année des records de nombre de jours de chaleur, avec 100 jours à Dijon", expose-t-il. Le chercheur estime en revanche qu'il faut être prudent sur le rôle du climat dans le manque de pluie.

L\'éleveur Luc Jeannin devant une source à sec, le 2 octobre 2018 à Saint-Eugène (Saône-et-Loire).
L'éleveur Luc Jeannin devant une source à sec, le 2 octobre 2018 à Saint-Eugène (Saône-et-Loire). (THOMAS BAÏETTO / FRANCEINFO)

Pour ce spécialiste, "il faut se préparer à avoir moins d'eau en été. Il faut changer nos pratiques, on ne pourra plus faire de fourrages à cette période de l'année. Il faut s'adapter, sinon on va prendre le choc en pleine tête". Il invite les agriculteurs et les particuliers à être "plus économes en eau" l'été et à ne pas attendre "chaque année que l'Etat ou les assureurs indemnisent""Cela s'appelle l'adaptation au changement climatique. Tout le monde traîne des pieds parce qu'on aimerait continuer comme avant, mais il faut changer", développe Yves Richard. Dans sa ferme, Henri Guillemot réfléchit à stocker davantage de fourrage les bonnes années, une pratique ancienne abandonnée par l'élevage moderne, et à avoir moins d'animaux.

Des maisons fissurées

A Rully, sur la côte chalonnaise, les charolaises ont laissé la place aux vignes. Ici, ce ne sont pas les agriculteurs qui subissent les conséquences de la sécheresse – les vignerons ont fait de belles vendanges – mais les particuliers. Jardinier amateur et participant assidu au concours des maisons fleuries du village, Cyril Duenas, 43 ans, a aménagé avec soin l'extérieur de sa maison. Mais il ne peut rien contre les fissures qui lézardent sa façade. "C'est le manque d'eau. Il ne pleut pas et les terrains bougent. On paye des maisons horriblement cher et on se retrouve avec ça", confie-t-il, dépité, en montrant le trait qui fait le tour de son pavillon juste au-dessous du toit. Dans sa rue, plusieurs maisons et murets présentent les mêmes stigmates. "On a tous la même maladie", ironise-t-il.

A moins de téléphoner à Stéphane Plaza, je ne la vendrai pas. Moi, une maison qui fissure, je n'achète pas.Cyril Duenasà franceinfo

Selon le décompte effectué par la mairie, au moins 19 maisons de ce village de 1 500 habitants sont concernées. "C'est quand même beaucoup pour notre commune", constate la maire, Sylvie Trapon, en déposant des photos sur son bureau : "Vous avez des fissures au sol, aux murs, des fissures latérales, verticales, sur des maisons récentes comme sur des maisons anciennes". Le phénomène s'était déjà produit en 2015 mais ne concernait que cinq maisons. "Nous avons un sol argileux à Rully. Avec l'eau, cela fonctionne comme une éponge, vous voyez bien l'image", expose l'élue. Pour venir en aide à ses administrés, la commune prépare un dossier pour demander la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle.

Didier Clairembeaud montre l\'une des fissures de sa maison, le 3 octobre 2018 à Rully (Saône-et-Loire).
Didier Clairembeaud montre l'une des fissures de sa maison, le 3 octobre 2018 à Rully (Saône-et-Loire). (THOMAS BAÏETTO / FRANCEINFO)

"On n'est pas des sinistrés comme j'en vois parfois aux infos. Je n'ai pas la maison cassée en deux", recadre cependant Didier Clairembeaud, 64 ans. Depuis cet été, sa maison comporte près de cinq fissures, dont une à l'intérieur. "A certains endroits, ça n'a l'air d'être que le crépi. Mais à d'autres, c'est plus profond et ça m'inquiète", nous explique-t-il, en faisant le tour de la propriété. Le retraité ne doute pas des causes de ces fissures. "Je ne suis pas Trump, je crois au changement climatique", ironise-t-il. Venu prendre sa retraite en 2014 sur la côte chalonnaise, l'ancien employé de banque a vécu quelques années près de Bordeaux. Il a vu le littoral de Lacanau lentement grignoté par la montée de l'océan. "Le climat, c'est un vrai problème, estime-t-il. Je ne pensais pas que ça me suivrait jusqu'ici."