Notre-Dame-des-Landes : une communauté prête à rester

Les tensions restent vives à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) avant la reprise des évacuations, mardi 15 mai. Sur place, de nombreuses personnes souhaitent rester.

Voir la vidéo
FRANCE 3

La préfecture de la Loire-Atlantique a confirmé que les expulsions reprendront mardi, à Notre-Dame-des-Landes, avec la destruction des habitats précaires. La veille, une partie des projets des zadistes pour régulariser leur situation sera examinée. Un mois après les premières évacuations, la police est toujours omniprésente, mais des zadistes continuent toutefois de cultiver du houblon pour en faire de la bière. Une fois les bouteilles remplies, ils les troquent contre d’autres services.

Une quarantaine de projets déposés

Malgré les forces de l’ordre qui patrouillent, ceux qui sont en attente de régularisation s’organisent pour rester. Ils ont créé une véritable communauté. La bibliothèque apporte une dimension culturelle au projet de société alternatif, qui s’est construit sur place au fil des années. Les zadistes ont rédigé un dossier avec une reconnaissance officielle. Une quarantaine de projets ont été déposés à la préfecture de Nantes. Des projets nominatifs, mais tous reliés entre eux, pour préserver le caractère collectif. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des exploitants de la ferme du Liminbout, dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 29 mars 2016. 
Des exploitants de la ferme du Liminbout, dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 29 mars 2016.  (MAXPPP)