Nicolas Hulot : départ d'un ministre populaire

Avec la démission de Nicolas Hulot, annoncée dans la matinée du 28 août, le gouvernement perd un ministre populaire et un grand porte-parole de l'écologie.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Aux yeux des Français, Nicolas Hulot demeure un aventurier populaire, infatigable défenseur de la planète. Bref, un profil idéal pour un ministre de l'Écologie. Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy puis François Hollande tenteront de le débaucher en vain. Seul Emmanuel Macron y est parvenu, faisant même de lui le numéro 3 du gouvernement. Un ministre avec des états d'âme, voilà qui est précieux pour Emmanuel Macron.

Nicolas Hulot ne veut pas servir de caution

Mais, au fil des mois, les priorités des deux hommes divergent. Nicolas Hulot a beau être le ministre le plus populaire du gouvernement, il ne réussit pas à imposer son calendrier de réforme. L'ancien homme de télévision souhaitait éviter à tout prix de servir de caution au gouvernement : avec son départ, le gouvernement perd un ministre qui, pour beaucoup, était avant tout un symbole de l'écologie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, le 7 juin 2018 à Paris.
Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, le 7 juin 2018 à Paris. (ARTHUR HERVE / REA)