Miel : à l'école des apiculteurs convertis

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Miel : à l'école des apiculteurs convertis
France 2
Article rédigé par
M. Mullot, K. Lempereur, L. Houeix, F. Prigent - France 2
France Télévisions

L'année 2021 ne sera pas un grand cru pour la production de miel. À cause des conditions météo, les fleurs n'ont pas produit suffisamment de nectar et les abeilles ne sont quasiment pas sorties pour butiner, ce qui pousse de nombreux Français à produire leur propre miel.

Depuis quelques mois, c'est au fond de son jardin que Sylvie Brière passe la plupart de son temps après s'être lancée dans l'apiculture. Une passion qui lui demande beaucoup d'investissement au quotidien pour s'occuper de ses trois ruches. Mais ses efforts ne sont pas toujours couronnés de succès ; la récolte estivale n'est pas très bonne. Comme elle, 55 000 Français se sont mis à fabriquer leur propre miel. Un nombre qui ne cesse d'augmenter d'année en année, à la fois par amour pour le miel mais aussi par conviction écologique. Seulement, pour devenir apiculteur, le retour à l'école est indispensable.

90 euros pour 15 cours dans l'année

Reconverti apiculteur et formateur du rucher-école de Conches-en-Ouche (Eure), Philippe Desroles est un amoureux des abeilles. Il prodigue ses conseils à une dizaine d'élèves. "Il y a plein de choses à savoir, en fin de compte. On se rend compte quand on est dans l'école que ce n'est pas si simple que ça, c'est très complexe en fait", confie Sylvie Brière, l'une de ses apprentis. Ces apiculteurs en devenir ont dépensé 90 euros pour suivre 15 cours dans l'année et vivre des moments intenses, comme la naissance d'une abeille. Il existe en France 1 000 espèces d'abeilles, un pollinisateur précieux pour la reproduction des plantes et la biodiversité, mais un insecte aujourd'hui menacé d'extinction.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.