Mayenne : pourquoi cet agriculteur a choisi de replanter 1 000 arbres avant de partir en retraite

1 000 arbres, c'est ce que Christophe Piquet compte planter avant de partir à la retraite. Explications dans ce reportage...

Voir la vidéo
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ils vont travailler jusqu'à la tombée du jour, car c'est un chantier extraordinaire. À Azé, en Mayenne, toute la famille participe. Les voisins aussi donnent un coup de main. Avant de partir en retraite et de céder l'exploitation à son fils, Christophe Piquet a décidé de tout transformer. "On est en train de tout simplement essayer de sauver notre planète. L'environnement, à mon avis, on ne peut pas faire qu'en parler. Il faut agir", explique Christophe Piquet.

Une pratique ancestrale

Et l'éleveur et producteur de viande bio de poursuivre : "Avec mon fils Antoine et mes petits-enfants, on a décidé, sur la parcelle qui fait actuellement 32 hectares, de replanter 1 000 arbres." Cette décision, c'est l'aboutissement d'une vie de labeur et d'observation. C'est pour le bien-être des vaches, pour lutter contre la chaleur, qu'il a choisi de planter plusieurs rangées d'arbres au milieu des prairies et des cultures. Les arbres vont apporter de la fraîcheur, réguler l'eau, fertiliser les sols : toutes fonctions que les agriculteurs avaient oubliées. Planter des arbres à l'intérieur des parcelles pour améliorer les prairies et les cultures est une pratique ancestrale. Aujourd'hui, les agriculteurs la redécouvrent, car c'est une réponse au changement climatique.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Arbre méditerranéen par excellence, l\'olivier prospère sur le littoral libyen depuis des siècles, mais les champs d\'oliviers en Libye datent, eux, de la colonisation italienne, plantés dans les années 30.
Arbre méditerranéen par excellence, l'olivier prospère sur le littoral libyen depuis des siècles, mais les champs d'oliviers en Libye datent, eux, de la colonisation italienne, plantés dans les années 30. (MAHMUD TURKIA / AFP)