Licences de pêche : des travailleurs français laissés sur le carreau

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
C. Vérove, N. Karczinsky - France 3
France Télévisions

Après des semaines de négociations entre la France et le Royaume-Uni, certains pêcheurs français n'ont toujours pas le droit d'exercer leur activité dans les eaux britanniques.

À Granville (Manche), les bateaux de certains pêcheurs resteront à quai et ne pourront pas rejoindre les eaux britanniques. C'est le cas de Guillaume Lenoir. "Bilan de l'opération : tout ce qu'ils ont fait depuis pratiquement un an, c'est de l'esbroufe", déclare le marin-pêcheur. L'attente pourrait se prolonger indéfiniment, comme l'a expliqué la ministre de la Mer, Annick Girardin, jeudi 18 novembre : certains pêcheurs pourraient en effet ne jamais obtenir la fameuse licence.

Des compensations pour les pêcheurs

Les idées de compensations financières ou de plans de sortie de flotte sont notamment avancées pour aider les marins-pêcheurs français ne disposant pas d'une des 150 licences octroyées par le Royaume-Uni. Un "abandon du combat" selon Pierre Vogel, patron-pêcheur à Saint-Malo. Un abandon qui ne compenserait probablement pas les gains engrangés par la pêche dans les eaux britanniques, représentant un quart des prises par les pêcheurs français. Les négociations se poursuivent toujours entre les deux pays.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.