Le désarroi et les peurs des éleveurs en détresse

Une équipe de France 2 est allée à la rencontre de plusieurs éleveurs, exsangues financièrement.

Les éleveurs de porc et de viande bovine n'en peuvent plus. Ce dimanche 19 juillet, des centaines d'entre eux manifestent dans le Calvados pour alerter sur leur situation précaire, due aux prix trop bas de leur production. Nathalie Marchand, éleveuse de porcs, juge l'appel lancé à la grande distribution à réduire ses marges insuffisant. "Il faut les contraindre ! Sans contrainte, on n'avance pas", martèle celle qui ne gagne plus d'argent depuis trois ans. Thierry Coué, autre éleveur breton, compte sur la volonté des consommateurs à acheter français.

"Un drame"

22 000 exploitations seraient en difficulté. C'est le cas de celle de Patrick Vanderbeken, qui ne se verse plus de salaire depuis six ans et s'est séparé de son unique employé. A 1,30 euro le kilo de porc, ses pertes s'élèvent à 100 000 euros par an. Les comptes de Roger Hamel et son épouse sont dans le rouge pour la première fois depuis 40 ans. "C'est un drame", confie à France 2 l'agriculteur qui craint bientôt "des catastrophes".

Le gouvernement a débloqué 23 millions d'euros pour aider les agriculteurs depuis février. Cette somme pourrait être réévaluée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Elevage porcin dans le Finistère le 27 mai 2013. Au moment où les cochons sont nourris, le niveau sonore atteint entre 121 et 133 décibels.
Elevage porcin dans le Finistère le 27 mai 2013. Au moment où les cochons sont nourris, le niveau sonore atteint entre 121 et 133 décibels. (FRANCOIS DESTOC / MAXPPP)