L'Etat sommé d'agir contre le fléau des algues vertes

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
algues vertes
FRANCEINFO
Article rédigé par
L. Szulewicz - franceinfo
France Télévisions

Le tribunal administratif de Rennes a enjoint le au préfet de Bretagne de prendre d'ici quatre mois des mesures pour mettre fin aux marées vertes. Des manifestants ont dénoncé, samedi 5 juin à Lorient, la politique de l'autruche menée à leurs yeux par l'Etat. Ces algues toxiques polluent le littoral depuis plus de 40 ans.

C'est un fléau écologique, mais aussi un drame humain. En 2009, un homme est mort dans son camion après avoir transporté des algues vertes ramassées sur les plages des Côtes-d'Armor. En 2016 également, un joggeur a été retrouvé mort. "Sans lumière, ces algues pourrissent et leur pourrissement provoque de l'hydrogène sulfuré, un gaz toxique violent", explique Yves-Marie Le Lay, président de l'association Sauvegarde du Trégor.

Quatre mois pour agir

Trois facteurs expliquent la prolifération de ces algues : des eaux peu profondes, une bonne exposition à la lumière et la présence de nitrates, dont elles se nourrissent. Ces nitrates sont présents dans des quantités excessives en Bretagne, depuis les années 70. Un afflux imputé aux engrais utilisés sur les terres agricoles et transportés par les cours d'eau jusqu'au littoral. Après la Cour des comptes et le Sénat, le tribunal administratif de Rennes (Ille-et-Vilaine) a donné à l'Etat, vendredi 4 juin, quatre mois pour prendre "des mesures réglementaires contraignantes supplémentairesafin de lutter contre ce phénomène destructeur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.