Il faut sauver les abeilles des pesticides

La France veut poursuivre l'interdiction de certains pesticides agricoles dangereux. Il en va de la survie des abeilles et, partant, de l'équilibre de l'écosystème. Une équipe de France 3 a rencontré un apiculteur.

FRANCE 3

Le plan présenté au Conseil des ministres pour protéger les abeilles implique l'extension du moratoire européen sur les pesticides les plus dangereux, qui menacent les abeilles ouvrières mais aussi tout l'écosystème.

Dominique Cena, apiculteur de Santeny (Val-de-Marne), veille sur ses 40 000 abeilles. Mais l'hiver a été rude pour ses butineuses. "Au fil des années, les mortalités sont de plus en plus importantes. On a des complications dans les fonctionnements des ruches qui sont de plus en plus incompréhensibles", lâche-t-il à France 3. Cette année, à la sortie de l'hiver, il a perdu de 30 à 35% de ses abeilles.

Les fruits et légumes menacés aussi

Chaque année en France, 300 000 colonies disparaissent, pour des raisons multiples  : dérèglement climatique, virus, parasites et surtout un cocktail phytosanitaire utilisé depuis plus de vingt ans dans l'agriculture. "Il faut qu'on aille vers une interdiction pure et simple de ces produits-là", martèle Dominique Cena.

Anaïs Fourest, de Greenpeace, assure qu'"une agriculture sans pesticide, c'est possible, alors qu'une agriculture sans abeille, ce n'est pas possible". Sans abeilles, guêpes et bourdons, un tiers de la production de fruits et légumes disparaîtrait.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les abeilles délaissaient les fleurs des prés et allaient trainer leurs pattes dans des déchets sucrés de bonbons colorés.
Les abeilles délaissaient les fleurs des prés et allaient trainer leurs pattes dans des déchets sucrés de bonbons colorés. (SERGEY MAMONTOV / RIA NOVOSTI / AFP )