Grippe aviaire : "Il n'y a aucun risque de transmission" à l'homme, assure le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie

Deux cas de grippe aviaire ont été détectés cette semaine en France, en Haute-Corse puis dans les Yvelines.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des poulets dans une exploitation du nord de la France, le 9 novembre 2020. (photo d'illustration)  (MAXPPP)

Rassurer. Après la découverte de deux foyers de grippe aviaire en France ces derniers jours, d'abord en Haute-Corse, puis dans les Yvelines, le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Julien Denormandie, a assuré sur Europe 1 qu'il "n'y a[vait] aucun risque de transmission" à l'homme de cette maladie "par voie alimentaire". "Même si vous entendez ici ou là des foyers de grippe aviaire, il n'y a absolument aucun risque. Il faut continuer à manger du canard, du poulet, des œufs", a-t-il exhorté.

"Ce n'est pas transmissible à l'homme."

Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture

à Europe 1

L'enquête semble établir un lien entre les cas en Haute-Corse et dans les Yvelines, à travers un "transport commun" d'animaux, une hypothèse qui reste à confirmer formellement, a-t-on indiqué vendredi au ministère de l'Agriculture. Les services de l'Etat enquêtent pour trouver d'autres destinataires éventuels de ce transport, dont l'origine n'est pas encore établie. L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), qui confirme les foyers, a établi de son côté que le type de virus, de souche H5N8, "est le même, en Corse et dans les Yvelines", selon la même source.

Tous les oiseaux de l'animalerie des Yvelines ont été euthanasiés et des zones de protection et de surveillance ont été mises en place autour du foyer, comme en Corse, avait annoncé jeudi le ministère. En Corse, des abattages préventifs d'oiseaux ont été réalisés dans des basses-cours en raison de liens épidémiologiques établis avec le premier foyer identifié et donc de suspicions fortes de contamination.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.