Eure-et-Loir : la sécheresse pousse les agriculteurs à s’orienter vers de nouvelles cultures

Publié Mis à jour
Eure-et-Loir : la sécheresse pousse les agriculteurs à s’orienter vers de nouvelles cultures
FRANCE 2
Article rédigé par
J.Van Hove, G.Messina, H.Dugué - France 2
France Télévisions

En Eure-et-Loir, des céréaliers se sont lancés dans des productions moins gourmandes en eau, afin de s’adapter au dérèglement climatique. 

À Loigny-la-Bataille (Eure-et-Loir), des sécheresses printanières à répétition, un déficit de pluie récurrent et l’appauvrissement des sols poussent les céréaliers à s’orienter vers de nouvelles cultures. Hugues a planté douze hectares de lavandin, il y a trois ans. À la tête d’une exploitation de 250 hectares de blé, d’orge, de maïs et de betterave, cet agriculteur doit trouver des solutions face au manque de précipitations.

Des vignes plantées à Mérouville

Faire des cultures moins gourmandes en eau est aussi le défi de Jérôme, un autre agriculteur, à La-Croix-du-Perche (Eure-et-Loir), qui s’est lancé dans le lin pour en faire de l’huile. Une culture qui résiste à la chaleur. L’objectif est de régénérer le sol, ce qui permet d’augmenter les rendements de blé, tout en utilisant moins d’engrais. "Le lin est une culture qui structure bien le sol", explique Jérôme. Enfin, Rodolphe, un autre agriculteur, a fait un choix encore plus radical en plantant des vignes à Mérouville (Eure-et-Loir), une première dans la Beauce.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.