En Côte-d’Or, les agriculteurs se forment à la communication sur les réseaux sociaux

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Formations RS agriculteurs
Article rédigé par
France Télévisions

Promouvoir son activité, interagir avec le consommateur mais aussi trouver de nouveaux débouchés : de plus en plus d’agriculteurs sont présents sur les réseaux sociaux. Mais encore faut-il s’en servir efficacement. Pour les aider, la chambre d'agriculture de Côte-d'Or leur propose des formations.

Il s’appelle New York. Un veau né dans la nuit que Jérôme Cornemillot s’empresse de présenter aux 600 personnes qui le suivent sur Facebook. Une manière pour lui de raconter son quotidien d’éleveur, expliquer la façon dont il travaille, promouvoir ses produits mais surtout échanger très facilement avec les consommateurs. "J’aimerais bien m’arrêter, prendre un café, les rencontrer, échanger avec eux, mais le souci c’est qu’on fait plus de 70 heures par semaine, on n’a pas le temps de faire ça. Alors que sur les réseaux sociaux ça prend cinq secondes. On met une photo et tout de suite on a des réactions".   

Deux agriculteurs sur trois  

Comme lui, ils sont de plus en plus nombreux à communiquer et interagir avec les consommateurs via Facebook, Twitter ou Instagram. Un phénomène qui s’est accentué avec la pandémie, alors qu’au premier confinement, de nombreux exploitants se lançaient dans la vente à emporter et à distance. Ils seraient aujourd’hui deux agriculteurs sur trois à utiliser activement les réseaux sociaux.  

Et pour les aider à appréhender ses outils, certaines chambres d’agriculture comme celle de Côte-d’Or leur proposent des formations pour apprendre à utiliser les réseaux sociaux et être plus efficaces dans leur communication. Une communication dont ils veulent avoir la maîtrise en ces temps où l’on entend beaucoup parler d’"agribashing". Pour Alexandra Bollaert, leur formatrice du jour, il y a un vrai changement d’esprit : "Ils prennent la main sur leur communication. Le but, c'est de montrer que l’on a des pratiques vertueuses, qui ne sont peut-être pas bio, mais qui sont malgré tout respectueuses de l’environnement".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.