Élevage : les chèvres angora, une laine qui vaut de l’or

Publié Mis à jour
Élevage : les chèvres angora, une laine qui vaut de l’or
France 2
Article rédigé par
F. Mazoyer, P. Wursthorn, N. Titonel - France 2
France Télévisions

À quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture à Paris, samedi 26 février, les journalistes de France 2 ont rencontré Mathieu Lauvie et sa sœur Audrey, tous les deux éleveurs de chèvres angora. Installés en Dordogne, ils produisent une laine de mohair d’exception.

Ce sont les petites reines de ces collines de Peyrillac (Dordogne), reconnaissables entre mille grâce à leur parure bouclée. Les chèvres angora, une race originaire de Turquie, sont destinées à la fabrication de vêtements en mohair. Mathieu Lauvie et sa sœur Audrey ont repris l’exploitation familiale il y a dix ans, pour élever 150 chèvres angora. Choyées jusqu’à la tonte, un rendez-vous qui a lieu deux fois par an, elles ont une alimentation à base de foin et de céréales.

La famille mise à contribution pour la confection de vêtements

Chacune produit environ 3 kilos par an d'un précieux mohair, envoyé dans une filature en Italie pour être lavé, coloré puis enfin transformé en bobine de fil. Avant cela, la laine est triée, pour ne garder que la meilleure qualité. La confection de vêtements est faite à partir du mohair.

Des auto-entrepreneurs, mais aussi la famille, sont mis à contribution. En boutique, un pull coûte minimum 200 euros, 80 pour une écharpe. Cette production locale a beaucoup de succès. La famille réalise 70% de son chiffre d’affaires grâce aux différents salons, dont celui de l’Agriculture à Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.