Cultures endommagées par le gel : "Il y aura moins de jobs d'été pour les étudiants", prévient la présidente de la FNSEA

Habituellement 200 000 postes sont à pourvoir entre avril et juin. "Cette année, ça risque d'être 30 à 40% de moins", affirme Christiane Lambert.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des viticulteurs tentent de protéger leurs vignes du gel en allumant des feux en Loire Atlantique, le 12 avril 2021. (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

Un mois après les premiers dégâts causés par le gel dans les vignobles et vergers français, la présidente de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), Christiane Lambert, estime vendredi 7 mai sur franceinfo qu'il y a "jusqu'à moins 60% de fruits" chez certains producteurs. Conséquence, selon elle : "il y aura moins de fruits à ramasser et donc moins de jobs d'été pour les étudiants". "D'habitude, c'est 200 000 postes à pourvoir entre avril et juin. Cette année, ça risque d'être 30 à 40% de moins."

franceinfo : Le 17 avril dernier, le gouvernement annoncait un fonds de solidarité exceptionnel d'un milliard d'euros pour les agriculteurs touchés par le gel. Ces aides sont-elles déjà arrivées ?

Christiane Lambert : La première enveloppe d'urgence, d'un montant de 20 millions d'euros, vient d'arriver dans les départements. Elle est entre les mains des préfets pour les situations les plus urgentes avec des gens qui ont tout perdu, qui ont des problèmes de trésorerie, et des problèmes de fin de mois immédiats. D'autres mesures seront annoncées en début de semaine prochaine, notamment l'allègement des cotisations sociales pour les agriculteurs et l'allègement des taxes sur le foncier non bâti.

De nombreux fruits et légumes manqueront cet été sur les étals ?

C'est jusqu'à moins 60% de fruits dans la vallée du Rhône où il y a les plus grosses productions de pêches, de nectarines et d'abricots. Il y aura des coups durs pour les producteurs, moins de fruits à ramasser et donc moins de jobs d'été pour les étudiants. D'habitude, c'est 200 000 postes à pourvoir entre avril et juin. Cette année, ça risque d'être 30 à 40% de moins. Mais adressez-vous quand même dans vos Pôle emploi, sur Agri Recrute et sur la plateforme "des bras pour ton assiette".

Après le gel, une forte sécheresse est d'ores et déjà annoncée pour cet été. Comment vous y préparez-vous ?

Les récoltes de foin, de fourrages, sont beaucoup plus maigres que d'habitude. Nous nous préparons en cherchant de la paille pour les éleveurs. Franchement, quand on voit la vitesse à laquelle les événements climatiques nous arrivent, il faut que la France mette le turbo pour accompagner la résilience des exploitations agricoles. Dans la majorité des autres pays, il y a une reconsidération de la politique de l'eau. On a eu plein d'inondations cet hiver mais on a laissé filer l'eau à la mer beaucoup trop vite. De l'eau, il en tombe de façon plus irrégulière. Donc, il faut anticiper.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.