Pisciculture : le retard français

La France possède le deuxième domaine maritime mondial. Et pourtant, le pays importe en masse du poisson de l'étranger. Les pisciculteurs français doivent innover pour produire plus. 

Voir la vidéo

La France importe plus de 85% de sa consommation de poisson d'élevage. Pourtant, le pays possède le deuxième domaine maritime mondial. Dans la baie d'Ajaccio, le numéro 1 français cherche à se développer depuis des années. "On a réussi sur ce site qui est exceptionnel en matière de qualité d'eau et d'oxygénation, à élever des poissons sans aucune intervention humaine en matière de traitement", explique Philippe Riera, président de Gloria Maris Groupe, leader hexagonal. 

Les éleveurs français se développent à l'étranger

Les poissons ne sont pas traités et sont nourris avec des granulés à base de résidus de poisson. L'éleveur produit dix fois moins que le numéro 1 grec. Mais le littoral est un espace très convoité. Face aux éleveurs, les pêcheurs représentent la première opposition. Les professionnels du tourisme, les propriétaires et les défenseurs de l'environnement figurent eux aussi en bonne place pour contrer les projets des éleveurs de poissons. Certains éleveurs préfèrent partir en Sardaigne pour continuer à se développer. En 2014, la consommation de poisson d'élevage a dépassé pour la première fois la consommation issue de la pêche. En 2025, cette consommation pourrait atteindre 60%. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Après les légumes, pourquoi ne pas acheter son poisson en circuit court. France 3 fait le point sur les avantages et les inconvénients. 
Après les légumes, pourquoi ne pas acheter son poisson en circuit court. France 3 fait le point sur les avantages et les inconvénients.  (France 3)